Le Prix Anzisha dévoile ses 20 meilleurs jeunes entrepreneurs africains pour l’édition 2019

0
269

Après avoir fait des recherches pendant des mois sur le continent africain, le Prix Anzisha a dévoilé ses vingt meilleurs finalistes pour l’édition 2019. Le lauréat ou la lauréate sera couronné/e lors du neuvième Forum du Prix Anzisha, le 22 octobre à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Dans une étape de l’évolution de ce programme fort respecté, qui s’écarte de sa soirée de gala annuelle très réputée, les personnes invitées pourront désormais découvrir un forum conçu sur un nouveau format, où elles auront l’occasion de connaître de jeunes entrepreneurs et de comprendre leurs parcours.

Elles pourront également être immergées dans le monde de l’entrepreneuriat tel que le conçoivent les jeunes – des groupes d’experts aux ateliers basés sur l’expérience. L’événement, qui durera toute la journée, sera ponctué de discussions et d’activités novatrices.

Le Prix Anzisha, fruit d’un partenariat entre l’African Leadership Academy et Mastercard Foundation, vise à identifier, épauler et célébrer de très jeunes entrepreneurs âgés de 15 à 22 ans qui vivent sur le continent et dont les idées, les initiatives et les entreprises tirent parti du pouvoir pour redéfinir et réinventer la trajectoire de croissance de l’Afrique.

Ayant attiré plus de 500 candidats cette année, le Prix a reçu un plus grand nombre de candidatures émanant de collectivités éloignées et fragilisées, ce qui a élargi le vivier de sélection d’où émergeront les 20 meilleurs. De la Somalie au Tchad, les candidats ont démontré leur sens aigu des affaires, développé dans des entreprises qui apportent des solutions à certains des plus grands problèmes du continent.

« Cette année, nous sommes particulièrement enthousiastes à l’idée du nouveau format de l’évènement. Nous avons créé une expérience sur mesure qui permettra aux gens d’explorer le mouvement Anzisha dans son ensemble. Du début à la fin de la journée, nous examinerons les manières de forger l’avenir de l’entreprenariat sur le continent et de très jeunes entrepreneurs seront aux commandes et mèneront les conversations », a déclaré Melissa Mbazo, directrice du programme Anzisha.

Bien que les candidats proviennent de différents secteurs, ce sont les entreprises agricoles qui ont envoyé le plus grand nombre de candidatures. Fait prometteur : pour la toute première fois, des finalistes provenant de Gambie, de la République démocratique du Congo, de la République du Congo et de Somalie ont été choisis pour faire partie de la cohorte 2019.

L’équipe du Prix Anzisha est heureuse d’avoir pu trouver et d’apporter désormais son soutien à des jeunes femmes comme Asia Saeed, une jeune Somalienne de 20 ans qui a fondée 2doon – une entreprise visant à aider les jeunes gens à trouver un emploi et à permettre aux entreprises d’améliorer leurs services d’embauche et de recrutement. Employant plus de 50 jeunes à temps plein et à temps partiel, 2doon réinvente la façon dont la main-d’œuvre est mobilisée et dont elle s’épanouit sur le continent.

Le Forum du Prix Anzisha
Les 20 meilleurs candidats se réuniront à Johannesburg où ils/elles recevront une formation intensive sur les accélérateurs pendant 12 jours et seront encadrés par des experts locaux et mondiaux en vue du jury indépendant qui désignera le ou la lauréat/e du Grand Prix doté de 25 000 USD. La formation intensive marque le début de la bourse d’études du Prix Anzisha, grâce à laquelle chaque entrepreneur aura accès à un accompagnement en formation, à des services d’accès au marché et à d’autres possibilités de financement.

« Le plus grand atout de l’Afrique est sa jeunesse et le Forum du Prix Anzisha, qui en est à sa neuvième édition, témoigne de leur passion et de leur créativité », a déclaré Koffi Assouan, directeur du programme à la Mastercard Foundation. « Leur engagement à l’égard du continent se reflète dans la nature même des entreprises qu’ils choisissent, lesquelles sont souvent axées sur le bien commun et l’amélioration de la vie des personnes qui les entourent. »

Le Prix Anzisha va organiser des soirées radiodiffusées dans tout le continent pour faire connaître les histoires des 20 meilleurs entrepreneurs de cette année et pour encourager la jeunesse africaine à lancer ses propres entreprises.

Les finalistes du Prix Anzisha 2019 sont :
Asia Saeed, 20 ans, Somalie : fondatrice de 2doon, une entreprise sociale créée pour réduire le chômage des jeunes Somaliens.
Godiragetse Fareed Mogajane, 21 ans, Afrique du Sud : fondateur de Goodie Tutors, une agence de tutorat qui propose des classes de support supplémentaires en offrant aux élèves du secondaire des cours individuels, des ateliers de préparation aux examens universitaires et des ateliers de mathématiques en vue des examens.
Marvellous Nyongoro, 22 ans, Zimbabwe : fondateur de The Housing Hub, une plate-forme de prestation de services qui utilise une technologie intelligente.
Velache Coker , 19 ans, Sierra Leone : fondateur de Canaan Farms. Canaan Farms est une entreprise d’agro-industrie et de distribution divisée en deux branches qui cultivent différents produits (pastèque, okra, manioc, etc.).
Emmanuel Owusu Agyei, 22 ans, Ghana : fondateur de Campus Trends Ghana, un cabinet spécialisé en marketing qui fournit des services de conseil, des services qualitatifs et des services de communication pour combler l’écart entre le cabinet et le marché étudiant.
Jariatou Jallow, 21 ans, Gambie : fondatrice de Yonima Errands Runner, une entreprise qui se charge de missions pour les entreprises comme l’enregistrement de celles-ci, l’ouverture de comptes bancaires, les démarches administratives, etc.
Caleb Annobil, 21 ans, Ghana : fondateur de High School Water Product, une entreprise qui personnalise l’eau en sachet pour la vendre aux étudiants à des prix abordables.
Christian Kassahun, 21 ans, Éthiopie : cofondateur de GebeyaNet, une plate-forme de commerce électronique agricole qui met les petits exploitants agricoles en relation avec le marché et leur facilite également la logistique et les systèmes de paiement.
Mamadjang Jallow, 20 ans, Gambie : fondateur de Jallow Trading, une petite entreprise de jardinage horticole qui produit une grande variété de fruits et légumes qu’elle vend aux distributeurs et aux foyers dans sa région.
Saudah Birungi, 22 ans, Ouganda : Saudah a cofondé Tusafishe, une entreprise qui construit des filtres à eau en utilisant des matériaux disponibles localement. Ces filtres sont destinés aux élèves des écoles rurales et à leurs maisons pour qu’ils disposent d’eau potable.
Olipah Chomba, 22 ans, Zambie : fondatrice de Poultry, une entreprise qui commande des poulets de chair, les nourrit pendant six semaines en leur apportant les vaccins et les médicaments nécessaires.
Osvaldo Mokouma, 19 ans, République du Congo : fondateur d’AquagriTech, une entreprise qui donne de l’importance aux biodéchets urbains pour produire des aliments naturels à partir de poissons qui sont mis en circuit fermé avec des plantes capables d’assimiler les excréments des poissons pour leur croissance.
Segbe Accrombessi, 22 ans, Bénin : fondatrice de Kawan Africa, une entreprise qui produit et vend de la purée de tomates. L’entreprise organise des ateliers pour former les jeunes filles à la production de la purée et les convertir en grossistes qui achètent les produits pour les vendre par la suite.
Balbina Gulam, 21 ans, Tanzanie : fondatrice de Huduma Smart, une entreprise qui forme des employés et employées de maison et leur donne accès à un marché du travail.
Catherine Nalukwago, 22 ans, Ouganda : Catherine est la cofondatrice de Vertical and Micro Gardening, une entreprise ayant développé un produit appelé « The Vertical Farm » qui fait de l’agriculture urbaine une micro-entreprise viable pour les foyers à faible revenu.
Cecil Chikezie, 21 ans, Kenya : fondateur d’Eco Makaa, une entreprise qui met les producteurs locaux de briquettes de combustible en relation avec la clientèle en recrutant les petits producteurs de briquettes de la communauté qui produisent collectivement des briquettes standardisées.
Abdulwaheed Alayande, 21 ans, Nigeria : fondateur de TREP LABS, une entreprise offrant un produit appelé REALDRIP. Il s’agit d’un compteur de gouttes de perfusion qui simplifie et sécurise la transfusion sanguine et le traitement intraveineux.
Emmanuel Okon, 22 ans, Nigeria : il a fondé Vmedkit, une entreprise de santé qui s’attache à soulager des maladies mentales en utilisant la technologie de réalité virtuelle.
Raghda Medhat, 22, Égypte : fondatrice d’Internsvalley, un système qui met en relation les nouveaux ingénieurs en informatique en quête d’une expérience professionnelle avec des start-ups internationales en phase de démarrage par le biais de stages pratiques à distance et d’offres d’emploi.
Yannick Kimanuka, 21 ans, RDC : le Complexe scolaire KIM’s, fondé par Yannick en 2018, est une école maternelle et primaire qui vise à réduire la tendance du handicap intellectuel détectée chez les enfants de sa communauté.

AMA.

LAISSER UN COMMENTAIRE