Le président du Cabo Verde lance le 2e Forum de l’OMS sur la santé en Afrique

0
610
S.E.M. Jorge Carlos de Almeida Fonseca, Président du Cabo Verde, a publiquement manifesté son soutien aux initiatives de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)

S.E.M. Jorge Carlos de Almeida Fonseca, Président du Cabo Verde, a publiquement manifesté son soutien aux initiatives de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) visant à transformer les soins de santé en Afrique en lançant officiellement, le 26 mars à Praia, le 2e Forum de l’OMS sur la santé en Afrique qui se tiendra pendant trois jours.

Le chef de l’Etat a informé les délégués des progrès significatifs réalisés par son pays en vue de la mise en place d’une couverture sanitaire universelle.

« Nous sommes honorés que notre pays soit l’hôte d’un débat aussi important avec des spécialistes renommés sur une question aussi importante. C’est essentiel pour la vie et le bien-être de tous », a souligné le président Fonseca.

Il a ensuite parlé avec fierté de la participation de jeunes activistes à la conférence. « Ce Forum bénéficiera de la participation importante de jeunes activistes qui apporteront sûrement leur vision du monde sur la façon dont leurs problèmes de santé devraient être abordés et comment ils peuvent participer à la mise en œuvre des décisions qui seront prises », a-t-il ajouté.

Placé sous le thème « Couverture sanitaire universelle et sécurité sanitaire en Afrique : telle est notre vision », le 2e Forum de l’OMS sur la santé en Afrique accueille des personnalités influentes du monde politique, universitaire, de la société civile, des partenaires du développement et du secteur privé.

Le ministre de la Santé et de la Sécurité sociale du Cabo Verde, S.E. Dr Arlindo Nascimento do Rosário, a déclaré : « Depuis les premières années de notre indépendance, l’OMS a été un partenaire stratégique pour le développement de la santé au Cabo Verde en fournissant une assistance technique et des financements. » Dans son allocution, le ministre a également parlé de l’engagement de son pays à réduire la mortalité maternelle et infantile. « Notre ambition est d’atteindre un taux inférieur à 13 décès pour 1000 naissances », a-t-il précisé.

Pour sa part, l’OMS s’est engagée à promouvoir la couverture sanitaire universelle et la sécurité sanitaire dans toute l’Afrique et à faire en sorte que tous les individus et toutes les communautés reçoivent les soins de santé de qualité dont ils ont besoin, sans subir des difficultés sur le plan financier. Cet engagement vient en appui aux Objectifs de développement durable dont l’échéance est fixée à 2030. Composés de 17 cibles, ces objectifs ont pour finalité de parvenir à une couverture universelle en matière de santé d’ici à 2030.

« Ce n’est pas par hasard que nous avons demandé que ce Forum se tienne à Praia », a déclaré le Dr Matshida Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « Nous sommes venus nous inspirer et tirer des leçons des progrès remarquables que Cabo Verde a réalisés sur le plan de l’amélioration de la santé de ses citoyens. Le chemin vers la couverture sanitaire universelle exigera non seulement que nous revenions aux principes de base des soins de santé primaires – en travaillant main dans la main avec les communautés – mais aussi que nous optimisions les innovations et les développements technologiques rapides d’aujourd’hui pour offrir une meilleure santé à tous. »

L’Afrique connaît généralement plus de 100 urgences sanitaires chaque année et lors de la cérémonie d’ouverture, le Dr Moeti a demandé une minute de silence pour les personnes qui ont perdu la vie dans les récentes tragédies jumelles de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo et du cyclone tropical Idai, qui a frappé le Mozambique, le Malawi et le Zimbabwe. 

L’un des temps forts de la journée d’ouverture a été l’exposition des 30 finalistes du Défi innovation de l’OMS, qui a été présidée par le Président de Cabo Verde lors d’une cérémonie de coupe du ruban. Visant à trouver, sélectionner et profiler les innovations, y compris les initiatives communautaires qui appliquent une pensée nouvelle et novatrice pour répondre aux besoins de santé non satisfaits de l’Afrique, l’initiative a attiré 2 471 dossiers. Les participants venaient de 77 pays, dont 44 d’Afrique. Un taux record de 34 % des soumissions provenait de femmes innovatrices.

Le premier Forum africain de l’OMS sur la santé, qui s’est tenu à Kigali en juin 2017, a débouché sur un Appel à l’action, et des progrès significatifs ont été accomplis dans la réalisation de ses objectifs. De nouvelles initiatives et des partenariats multipartites ont été mis en place, des mécanismes bien rodés ont été revigorés et les pays continuent de bénéficier d’un appui pour renforcer leurs systèmes de santé et se préparer aux épidémies et aux urgences sanitaires.

Le 2e Forum de l’OMS sur la santé en Afrique espère tirer parti de ces progrès de manière significative, en donnant aux participants l’occasion de partager et de discuter de leurs expériences dans la mise en œuvre des engagements antérieurs et d’encourager la collaboration panafricaine entre les acteurs des secteurs public, privé et non gouvernemental.

Au cours des trois jours sur lesquels s’étalera le programme, des thèmes tels que le lien entre la sécurité sanitaire et la réalisation d’une couverture sanitaire universelle, la collaboration multisectorielle, l’engagement des jeunes, les investissements du secteur privé et l’exploitation des innovations seront examinés en profondeur.

L’OMS a l’intention de créer une plate-forme où de nouveaux partenariats seront forgés, où les progrès réalisés depuis la première réunion de Kigali seront consolidés, où les leçons du passé seront tirées et, surtout, où les prochaines étapes vers la réalisation de soins de santé universels seront définies.

AMA

LAISSER UN COMMENTAIRE