Le Musée Maloango : Un lieu de conservation de la civilisation Loango

0
132
Le Musée Maloango

Le musée Maloango est une institution culturelle du département du Kouilou, localisée à 25km de la ville de Pointe-Noire. Elle compte une dizaine de collections de biens matériels et artistiques et témoigne ainsi de la civilisation congolaise. Son conservateur, M. Joseph Kinfoko Madoungou en parle avec notre rédaction.

Comment appréciez-vous le rapprochement du nouveau Palais royal avec le musée ? 

J.K.M. : C’est une bonne chose que le roi soit installé dans son nouveau palais construit à côté de l’ancien palais qui abrite actuellement le musée régional Maloango. Je crois que le gouvernement a jugé utile de conserver nos traditions dans ce musée qui a hébergé le roi Maloango Moé poati III. Vous savez qu’un peuple qui ne conserve pas sa culture et sa mémoire est un peuple mort. La proximité entre l’ancien et le nouveau palais est simplement une manière de lier l’histoire entre ces deux infrastructures. Cet endroit où se trouve le musée est l’ancien palais est une ancienne construction coloniale de 1952. C’est là qu’a logé le quinzième roi de la même dynastie.

Que va donc devenir le musée avec ce rapprochement ? 

J.K.M. : Le musée demeure dans cet ancien palais. A son intronisation, l’actuel roi qui occupe son nouveau palais aujourd’hui, menaçait de venir vivre dans l’ancien palais à cause des conditions précaires de vie de Wand’li Bwali où il vivait. C’était une cabane en matériaux périssables. Dans cette résidence de fortune, il tombait de l’eau de partout à la moindre pluie. C’est une œuvre grandiose que le gouvernement comprenne qu’un souverain garant des traditions, doit vivre dans des conditions viables et fiables.
Dès qu’il a eu l’assurance de cette construction du nouveau palais, il a abandonné l’idée de venir occuper l’ancien. Dans la mêlée de son intronisation, la direction générale de Total lui avait proposé de surseoir son idée d’occuper l’ancien palais et de lui laisser le temps de construire un nouveau musée.

A quel niveau se trouve à ce jour les travaux de construction du nouveau musée ? 

J.K.M. : Total n’a pas abandonné les travaux. Ils se poursuivent et sont déjà exécutés à plus de 50%. Si ne je ne me trompe, l’inauguration de ce nouveau musée pourrait intervenir avant la fin du premier semestre de l’année prochaine, c’est-à-dire, en 2017.

A quelle distance se trouve nouveau musée et que deviendra l’ancien musée ? 

J.K.M. : Je crois que ce nouveau musée est à environ un kilomètre de l’ancien palais. Pour ce qui est de l’avenir de l’ancien, j’ai entendu dire que le roi envisage d’y installer la cour royale de justice pour régler les problèmes des terriens et autres situations.

Propos recueillis par Florent Sogni Zaou

 

Quelques objets du Musée
Quelques objets du Musée

Le musée Maloango est une institution traditionnelle installée dans l’ancien palais royal depuis le 10 avril 1986. Ce bâtiment existe depuis 1952 et a servi de résidence au roi Moe Poati III, décédé le 3 mai 1975. 
Le musée Maloango héberge une dizaine de collections de biens matériels et artistiques. Il y a les outils de travail traditionnels logés dans le groupe de la forge. Ce sont, la houe, la hache, le soufflet de forge en bois. On y trouve également les parures et vêtements traditionnels comme le tissage et le «Ngundu» ou coiffure de raphia. Le musée abrite aussi le mobilier domestique et les ustensiles traditionnels comme la poterie, le mortier Mbochi, le tabouret, le mortier bambama, le mortier kongo, le pétrin et la vannerie. En quatrième, on dénombre les armes et pièges traditionnels constitués entre autres de sagaies, de Kissaka, de loubi (pièges de chasse), des arbalètes, de couteaux jet Kouyou. 
Les moyens de transport et de communications traditionnels tels la pirogue qui est un moyen de transport naval, le Tipoye qui est un moyen de transport terrestre, le tambour à fente et le tambour à membrane qui sont des moyens traditionnels de communication font aussi partie de cette collection. Il y a aussi les monnaies traditionnelles d’échanges qui sont les monnaies de raphia et celles frappées (Kwele, Vili et Téké).
Les arts de la sculpture (masques et statuettes) et des parures de danses y sont également présents. Les instruments de musique les plus répandus sont le tam-tam et divers instruments à lamelles de fer ou à cordes. 
Dans les instruments de musique, on rencontre la flûte, le Tchikunda, la sanza, le Lindji et bien d’autres. C’est la septième collection et la huitième est constituée d’objets de culte traditionnel qui sont les statuettes d’origine Bembé et Yombé, les sculptures.

LAISSER UN COMMENTAIRE