Le gaz naturel pour changer l’Afrique : la vision du nouveau comité de la Chambre africaine de l’énergie

0
251

Dans le prolongement des récentes annonces concernant le Conseil consultatif de la Chambre africaine de l’énergie (2020-2021), la Chambre est ravie d’annoncer les nominations à son Comité sur le gaz naturel.

Le comité contribuera à conseiller la Chambre sur plusieurs projets et initiatives visant à stimuler les investissements dans les infrastructures gazières à travers le continent, et à développer des campagnes de sensibilisation au gaz pour stimuler la demande et la consommation. Le Comité du gaz naturel du Conseil consultatif de la Chambre est composé de :

Nosizwe Nokwe-Macamo, Présidente et Foundatrice, Raise Africa Investments

Jorg Kohnert, Directeur général, Jagal Energy

Eric Williams, Président, Royal Triangle Energy Solutions

Ann Norman, Directrice Afrique, Pioneer Energy

Pierre Raillard, Responsable Business Development, Orca Exploration

Jeff Goodrich, ancient PDG, OneLNG et ancien Directeur des opérations, Perenco

Les membres du Comité ont accumulé des décennies d’expérience dans les secteurs public et privé de toute l’Afrique et partagent une même conviction que le gaz naturel peut propulser le développement économique de l’Afrique.

Du Sénégal à l’Afrique du Sud, le gaz naturel prend une place de plus en plus importante dans le mix énergétique du continent. L’Afrique abrite les plus grandes découvertes récentes de gaz au monde, en particulier au Sénégal et au Mozambique. Les gouvernements du continent reconnaissent de plus en plus les avantages de l’utilisation du gaz africain pour stimuler la croissance économique.

Cependant, la plus grande partie du gaz africain est jusqu’ici restée sous-développée ou exportée, et son potentiel de création de valeur locale est resté sous-exploité. La Chambre africaine de l’énergie a pour mission de soutenir et d’étendre plusieurs initiatives de monétisation et de valorisation du gaz telles que : l’augmentation de l’utilisation du GNC dans les transports, l’expansion des réseaux de PNG pour les ménages et les industries, le développement des infrastructures de GNL à petite échelle, le soutien aux projets gas-to-power, de pétrochimie et d’engrais, et l’amélioration de l’accès aux données sur l’offre et la demande de gaz sur le continent.

« Le gaz naturel a été un bon produit d’exportation pour les économies africaines comme le Nigéria ou la Guinée équatoriale. Mais cela ne suffit plus alors que nous nous remettons de la plus grave crise industrielle et économique de l’histoire récente. La pandémie de Covid-19 a mis en évidence le potentiel énorme du gaz naturel pour soutenir la transition énergétique de l’Afrique, créer des emplois et générer des opportunités commerciales pour les fournisseurs d’équipements et de services africains. La Chambre africaine de l’énergie a placé le développement des marchés gaziers africains au premier plan de ses priorités et nous sommes honorés d’être soutenus dans cette mission par des membres aussi estimés du comité », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie.

Par APO

LAISSER UN COMMENTAIRE