Le déficit commercial se creuse pour atteindre 102,4 milliards de dirhams (Maroc)

Accroissement des importations CAF (+9.170MDH) plus important en valeur que celui des exportations FAB (+4.406MDH)

0
161

Selon les derniers chiffres publiés par l’Office des changes, le déficit commercial s’est creusé au cours des six premiers mois de l’année 2019, progressant de 4,9% par rapport à la même période de l’année 2018.

En effet, le solde commercial du Maroc est passé de 97.696 à fin juin 2018 à 102,4 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2019, ce qui correspond à une hausse de 4.764 milliards de dirhams (MMDH).

Cette contre-performance tient à l’accroissement des importations CAF (+9.170 MDH) plus important en valeur que celui des exportations FAB (+4.406 MDH), a expliqué l’Office des changes notant ainsi que le taux de couverture s’établit à 59,1% au lieu de 59,5% un an auparavant.

Dans sa note sur les indicateurs des échanges extérieurs du mois de juin, l’Office a indiqué que «la hausse des importations de biens est imputable principalement à l’accroissement des importations de biens d’équipement (+5.903), des achats de demi-produits (+2.930 MDH) et de produits finis de consommation (+1.734 MDH)».

L’organisme public qui a pour vocation de produire des statistiques des échanges extérieurs a toutefois relevé une baisse des importations des produits alimentaires, des produits bruts et des produits énergétiques respectivement de 721 MDH, 506 MDH et 266 MDH.

Dans sa note, l’Office des changes a aussi noté une légère baisse de la facture énergétique de 0,7% qui a atteint 38.424 MDH contre 38.690MDH observée une année auparavant, soit -266 MDH.

L’organisme en déduit que la part dans le total des importations s’est situé à 15,3% contre 16% un an auparavant.

Soulignons également qu’au cours des six premiers mois de l’année, les approvisionnements en gasoil et fuel-oil se sont établis à 19.143MDH contre 19.652 MDH à fin juin 2018 (-509 MDH).

Des analyses de l’Office, il ressort que « cette évolution est due essentiellement à la baisse des quantités importées (3.332mT contre 3.554mT, soit -6,2%) ». Ce, malgré la hausse des prix de 3,9% (5.746 DH/T à fin juin 2019 contre 5.530 DH/T un an auparavant).

Constituées principalement par des acquisitions d’avions, les importations de biens d’équipement ont de leur côté enregistré une hausse de 9,9%, équivalant à 5.903 MDH, par rapport à juin 2018.

Selon les chiffres de l’organisme, les importations ont atteint 65.362MDH à fin juin 2019 contre 59.459MDH une année auparavant ; alors que celles de demi-produits ont atteint 53.921MDH contre 50.991MDH à la même période de l’année précédente. Ce qui représente une hausse de 5,7% équivalant à 2.930 MDH.

Dans sa note, l’Office des changes a estimé que la part des achats de ces deux groupes de produits dans le total des importations a connu une augmentation de 1,8 point soit 47,6% contre 45,8% une année auparavant.

En ce qui concerne les exportations, la note relève qu’elles se sont établies à 148.103MDH au cours des six premiers mois de l’année, contre 143.697MDH pour la même période de 2018.

Selon l’Office, cette hausse fait suite à l’accroissement des exportations observé  dans certains secteurs dont ceux de l’agriculture et agroalimentaire (34.413 MDH contre 32.261 MDH, soit +6,7% ou +2.152 MDH), de l’aéronautique (7.989 MDH contre 7.133 MDH, soit +12% ou +856 MDH), de l’automobile (40.409MDH contre 39.730MDH, soit +1,7% ou +679 MDH) ainsi que celui des phosphates et dérivés (25.289 MDH au lieu de 25.020 MDH, soit +1,1% ou +269 MDH).

L’organisme a, en revanche, noté que les ventes du textile et cuir, du secteur «autres extractions minières» et celles de l’électronique ont enregistré une baisse respectivement de 225MDH, 211MDH et 49MDH.

S’agissant des exportations du secteur de l’industrie pharmaceutique, les chiffres publiés par l’Office des changes laissent penser qu’elles sont restées quasiment stables.

Il est à souligner que la dynamique constatée au niveau des exportations du secteur automobile durant cette période s’explique essentiellement par l’accroissement de 6,9% des ventes du câblage (1.098MDH) et, dans une moindre mesure, de 2,8% de l’intérieur véhicules et sièges (66MDH).

Quant à la hausse des exportations des phosphates et dérivés, l’Office l’attribue à la progression des ventes d’acide phosphorique (+1.637MDH), soulignant que la part de ce secteur dans le total des exportations s’est située à 17,1% contre 17,4% à fin juin 2018.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE