Le coronavirus, une catastrophe annoncée pour l’Afrique et notre pays, le Congo Brazzaville

0
689
Henri Blaise Nzonza

TRIBUNE. Face à la montée fulgurante du CORONAVIRUS, le monde entier connait une crise humanitaire sans précédant et est en alerte maximal. En Europe et aux États Unies, tous les pays s’organisent et prennent des mesures pour contenir voir éradiquer cette épidémie qui a déjà fait 8784 morts et dont le rythme de contamination se fait de manière très inquiétante.

Ici en France, il y a eu 108 décès ce jeudi 19 mars 2020, ce qui porte le nombre de décès à 372. En Afrique, il y a déjà 500 cas déclarés, or que nos frontières sont très poreuses.

Il sied de noter que, le virus COVID-19 ne contient aucun traitement spécifique en raison de sa très forte mutation.

Si la France qui a le meilleur système de santé au monde connait de tels chiffres, alors qu’en sera-t-il pour notre pays, le Congo, qui a un système de santé qui n’est pas au point et qui en temps normal a déjà du mal à soigner la population congolaise ?

L’OMS prévient que les pays d’Afrique pourraient être les pays les plus dévastés par le virus, faute de moyens et d’infrastructures pour les contenir.

Le gouvernement de la République vient d’annoncer deux (2) nouveaux cas de contamination, ce qui porte à trois le nombre de personnes contaminées. Dans notre société où les gens ont de familles nombreuses, des enfants, cousins, femmes, nièces, dans une même maison, il faut à mon avis parler en termes de dizaines des cas déjà contaminés.

Personne n’oublie que la période d’incubation est de 14 jours, donc durant cette période, la personne contaminée vit normalement, rencontre des gens et donc les contamine et ces derniers font la même chose, ainsi de suite.

Dans une société congolaise où les gens sont très attachés à la famille, où les gens sont confinés dans les bus et taxis comme des poissons dans une boite de sardines, où l’Etat ne dispose pas de transport en commun pour faire respecter la distance d’un mètre entre deux personnes, comment peut-on éviter une contamination en masse ?La contamination en masse finira par arriver dès lors qu’il n’ y a pas de vaccin contre cette épidémie.

Peut-on combattre efficacement le coronavirus lorsque le marché de Poto-poto est ouvert, lorsque le marché Total de Bacongo est ouvert, lorsque le grand marché de Pointe-Noire est ouvert, pour ne citer que ceux-là ?

Notre système économique et social n’est pas adapté pour se passer vraisemblablement de nos marchés qui sont des lieux de forte concentration et donc de forte contamination.

Toute proportion gardée, notre pays n’a pas les capacités pour combatte efficacement ce virus.

Aujourd’hui, tous les experts s’accordent à dire que le meilleur remède, pour combattre la propagation du coronavirus, est le confinement. Or que celui-ci est impossible à pratiquer dans notre pays parce que les conditions de base ne sont pas réunies :

  • Si le courant est instable, il est impossible de faire des provisions,
  • si l’eau manque dans nos pompes, il est impossible de se laver les mains plusieurs fois par jour ;
  • Pas d’unité de production agroalimentaire capable de nourrir notre population, donc impossibilité de fermer efficacement nos frontières.

Les solutions proposées par le gouvernement de la république paraissent en deçà des enjeux de l’heure et semblent sous-estimer la dangerosité de cette épidémie.Cette situation exige de mesures exceptionnelles telles que :

  • La Fermeture de l’administration de notre pays sauf les secteurs clés comme l’armée, la police, la santé, l’agriculture, le commerce;
  • La Création d’un centre de santé << spécial CORONAVIRUS >>. Ce centre devra être doté de plusieurs lits et d’une quantité suffisante d’oxygène pour les réanimations ;
  • Il faut passer d’un budget de 1,5 milliard à 10 milliards de Fcfa pour permettre l’achat de plusieurs Kits de tests, des lits d’hospitalisation ainsi qu’une quantité suffisante d’oxygène.

Outre ces mesures et étant donné que notre pays ne dispose d’aucun ensemble ou équipement de diagnostic fiable et ne pourra soigner efficacement les malades, la seule solution s’avère donc être le renforcement de notre système immunitaire comme l’a annoncé la Dr MONICA RINALDI dans un article publié sur le site Opera News.

Un organisme dont le système immunitaire est fort résiste mieux aux maladies : les symptômes seront plus légers et la guérison plus rapide et les possibilités de contaminer les autres seront moindres. Une alimentation saine, riche en, fruits et légumes frais, d’aliments peu ou pas transformés permet de résister à plusieurs maladies.

La vitamine C par exemple est l’allié par excellence du système immunitaire. On peut la trouver dans les agrumes (oranges ; citrons, pomélos..), les goyaves, le fruit de Baobab, l’ananas, les fraises, le chou.

Outre la vitamine C, renforcer son système immunitaire en vitamine B (Poulet, Rognons, jaune d’œuf…), vitamine A (mangues, carottes, tomates ; foie de bœuf, mouton et porc..) et en vitamine D (poisson de mer et d’eau douce) parait aujourd’hui la seule façon de résister aux effets néfastes de cette épidémie.

A l’étape actuelle de cette épidémie, il ne faut rien négliger car il n’y a pas encore de traitement et les gens continuent de mourir par centaine chaque jour.

Paris le 19 mars 2020

Henri Blaise NZONZA

Président de la Nouvelle Dynamique pour le Congo

LAISSER UN COMMENTAIRE