Congo-Brazzaville: appel à une Seconde conférence nationale souveraine

0
978
La lettre a été remise à M. Rodolphe Adada (Centre, nœud papillon), Ambassadeur de la République du Congo en France, lors d’un échange qualifié de "constructif et concret" sur ce projet.

Des membres de l’opposition citoyenne congolaise appellent à une “seconde Conférence Nationale souveraine, à l’image de celle de 1991 qui a fin au monopartisme impopulaire”, dans une lettre officielle adressée au président Denis Sassou N’guesso dont nous avons eu copie. A lire, ci-dessous:

“Le Congo Brazzaville vers une Seconde conférence nationale souveraine

Jeudi 20  juin 2019,  l’opposition citoyenne Congolaise, composée des membres du groupe de réflexion suivant:

  • Sanellie TAMBA-TAMBA, Représentante du Front Uni Pour la Libération et la Cohésion Nationale au Congo Brazzaville,
  • Ulrich TOUTA, Président du Nouveau Congo,
  • Gaston MAHOUGOU, Apôtre, Ecrivain,
  • Serge KABAT, Président de One Démocratie,
  • Juste OUAMBA, Journaliste indépendant.
  • Organisations et Personnalités politiques associées.

Ont remis à M. l’ambassadeur de la République du Congo une lettre officielle à l’occasion d’un échange constructif et concret sur la tenue d’une seconde Conférence Nationale souveraine, à l’image de celle de 1991 qui a mis fin au monopartisme impopulaire, dirigé par Denis Sassou Nguesso et apparenté.

Ce document s’inscrit dans le contexte particulier d’une sortie de crise au Congo Brazzaville.

Depuis le 6 novembre 2015, date à laquelle, Monsieur Denis Sassou Nguesso, a promulgué la nouvelle Constitution du pays, issue du référendum controversé du 25 octobre que le peuple congolais et l’opposition congolaise, dans sa grande majorité ne reconnait pas.

Depuis que la Constitution de 2002 a cessé d’exister et qu’elle ne produit plus aucun effet  dès la promulgation de cette nouvelle Loi fondamentale, le Congo n’est plus  gouverné, nous constatons une vacance de pouvoir depuis cette date.

Nous n’attendrons pas l’échéance des élections de 2021, pour changer l’avenir du Congo Brazzaville; mais, nous prendrons quand même le temps d’assoir les choses sans précipitation.

Qui dit Conférence Nationale Souveraine, dit affranchissement de la servitude, explosion de joie se traduisant par un éveil culturel que confortent les cultures populaires, l’univers culturel du village réhabilité, les loisirs populaires à la ville, l’école démocratisée, le cosmopolitisme, politique et littéraire.

Qui souscrit à la Conférence Nationale Souveraine admet la montée du rationalisme, le triomphe de la créativité et de l’innovation, la vacuité des clichés et des stéréotypes, le règne du génie tant collectif qu’individuel.

Il est bien entendu que ce projet est également porté par des personnalités et association politique.
Notre Calendrier n’est pas celui de Denis SASSOU NGUESSO !

LAISSER UN COMMENTAIRE