Le conflit Nord contre Sud, un « machin » pour faire prospérer le business des Nguesso

0
303
Laurent DZABA, Président du Mouvement Panafricain et Citoyen « Bougeons-Nous ».

TRIBUNE. Dans son tube intitulé « On a tout compris », l’artiste Ivoirien Tiken Jah Fakoly chante « Allez dire aux hommes politiques, qu’ils enlèvent nos noms dans leur business, on a tout compris. Ils nous utilisent comme des chameaux, dans des conditions qu’on déplore. Ils nous mènent souvent en bateau, vers des destinations qu’on ignore. Allez dire aux marchands d’illusion, que nos consciences ne sont pas à vendre, on a tout compris. »

Aujourd’hui, ce sont les congolais qui demandent à M. Sassou Nguesso de rayer leurs noms de son business car ils ont tout compris.

Le combat virtuel entre les départements du nord du Congo et ceux du sud est un vieux serpent de mer, une vieille ficelle que tire le pouvoir PCT à chaque fois qu’il est en difficulté.

Cette galéjade qui consiste à dire que si pouvoir de M. Sassou Nguesso tombe à 10 heures, deux heures plus tard les populations du sud vont envahir les quartiers nord de Brazzaville et les villes du nord du pays pour égorger les populations de ces localités, est une farce qui ne tient pas la route.

Tous ces films de série B n’existent que dans l’imaginaire de leurs concepteurs qui se croient indispensables et incontournables, alors qu’ils ne font rien pour améliorer les conditions de vie des congolais.

Les congolais ont bien compris que les responsables du PCT veulent transmettre la haine et la peur à tous les citoyens. En quoi les paisibles citoyens qui partagent la même langue ou le même département que des corrompus et des voleurs récidivistes auraient-ils de comptes à rendre ? Chaque citoyen est individuellement responsable des actes qu’il pose.

Pourquoi les citoyens de Kindamba (Pool) ou de Mvouti (Kouilou) devraient-ils s’en prendre aux populations de Sembé (Sangha) ou d’Enyellé (Likouala) alors qu’ils éprouvent les mêmes souffrances, les mêmes difficultés ?

Pensez-vous que les populations de Kéllé (Cuvette Ouest) et de Ngoko (Cuvette) sont mieux loties en termes de qualité de vie que ceux de Malémbé (Niari) et de Tsiaki (Bouenza) ?

Tout cela pour vous dire que pouvoir PCT de M. Sassou Nguesso a semé les graines de la misère et de la pauvreté dans tous les départements de notre pays.

Ceux qui ont reçu 10 ou 20 000 F CFA pour voter 3 ou 4 fois pour le candidat Sassou Nguesso Denis lors de l’élection présidentielle de 2016, ont-ils vu leur situation sociale s’améliorer ? NON.

Pensent-ils que leurs enfants sont bien soignés et ont une bonne situation scolaire ? NON.

Les congolais ont-ils de l’eau et de l’électricité en dépit des promesses mirobolantes faites par M. Sassou Nguesso ? NON.

Aider les paresseux à rester au pouvoir, c’est organiser un suicide collectif.

Soyez fiers de vos ethnies et de vos départements en ayant toujours à l’esprit que le CONGO est au-dessus de toutes ces considérations. Il est notre héritage commun, nous devons le préserver.

Comme l’a affirmé Raphaëlle Giordano dans (le jour où les lions mangeront de la salade verte) : « Votre vie est ce que vous en faites. Vous devrez mesurer votre part de responsabilité dans ce qui vous arrive. »

A partir de maintenant, tous les congolais doivent tout faire pour que nos rêves aient toujours un coup d’avance sur les stratégies mises en place par le PCT, un parti politique qui ne voudra jamais de l’unité et du bonheur des congolais.

Un seul mot TRANSITION, une seule exigence TRAVAIL COLLECTIF.

Ensemble, pour un Congo uni, libre et prospère. Plus jamais sans nous. Que Dieu bénisse le Congo.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen « Bougeons-Nous »

LAISSER UN COMMENTAIRE