Le CMDC réaffirme sa vision d’un Tribunal Pénal International pour la RDC dans le contexte global de la justice et de l’urgence sécuritaire

0
622
Armand MAVINGA TSAFUNENGA. Symphonie de la nouvelle grande société civile congolaise, Ambassadeur de paix engagé dans le dialogue des cultures et des religions, Ecrivain poète de la justice et de la paix des peuples et des nations.

TRIBUNE. Le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) réaffirme sa vision d’un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo (TPI/RDC) dans le contexte global de la justice et de l’urgence sécuritaire qu’exigent la lutte contre la pandémie du coronavirus (COVID 19) et la faible sécurité des personnes et des biens.

Le TPI/RDC doit être conçu suivant une approche nationale endogène et internationale équilibrée. Les acteurs congolais devront être au cœur de ce processus international de justice. Le CMDC a toujours appuyé l’action de tous les acteurs individuels et institutionnels engagés pour la justice en République Démocratique du Congo et pour notre pays, car c’est la Justice qui élève une nation et affermit le pouvoir.

    La République Démocratique du Congo est un pays déjà en grave crise depuis des décennies. Elle vit le plus grand holocauste après la Seconde Guerre Mondiale. Plus de 9.000.000 de morts, plus de 2.000.000 de femmes, filles et enfants violées et à jamais détruites, plus de 5.500.000 de Congolaises et Congolais déplacés de force et abandonnés sur le sol de leurs ancêtres ; le peuple congolais est parmi les peuples les pauvres de l’humanité. Le plan de balkanisation de notre pays est très avancé avec l’institutionnalisation du pillage des ressources naturelles de notre pays.

Le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) exige et soutient depuis toujours un processus de justice bien établi  pour tous les crimes humains, financiers et économiques commis depuis l’arrivée de l’Alliance des Forces pour la Libération du Congo (AFDL) en 1996 jusqu’à ce jour. Alliance que l’ancien Président Laurent-Désiré KABILA avait traitée par la suite de conglomérat d’aventuriers.

    La Coalition FCC-CACH mise en place au début de l’année 2019, déséquilibrée et inique,  n’a pas fait mieux. Les crimes humains, financiers et économiques continuent, comme si de rien n’était. Plusieurs acteurs individuels et institutionnels nationaux et étrangers sont impliqués dans ces crimes. Nous devons donc nous préparer à un processus herculéen de justice en République Démocratique du Congo et au niveau international pour  notre pays. Ce sont les Congolais éclairés, déterminés, unis et visionnaires qui vont imposer au niveau international la mise en place d’un Tribunal Pénal International pour la RDC (TPI/RDC). Ce défi n’est pas impossible. Toutes les forces vives congolaises au pays et dans la diaspora doivent mettre d’urgence ensemble toutes les données disponibles et leurs différentes approches pour un vrai Pacte National pour la Justice en République Démocratique du Congo (PNJ/RDC).

Sans la justice, l’urgence sanitaire de lutte contre le coronavirus risque d’être compromise

   Tout en appuyant la mise en place urgente d’une stratégie nationale globale concertée, pragmatique et suivie de lutte contre la pandémie de coronavirus (COVID 19), la justice est aussi une urgence absolue, car un Etat appauvri et déstabilisé par des crimes humains, financiers et économiques, la mauvaise gouvernance avec le fléau de la corruption, ne peut faire face, comme il se doit, aux urgences sociales de la lutte contre la pauvreté scandaleuse et la pandémie de coronavirus. La lutte contre cette pandémie exige des moyens conséquents et des sacrifices énormes de la population congolaise totalement démunie. L’anarchie, la misère sociale, la corruption et la faiblesse de l’autorité de l’Etat limitent sérieusement les capacités de l’Etat Congolais à faire face aux multiples urgences sociales et aux défis colossaux de sécurité sanitaire et de sécurité des personnes et des biens. La justice devra permettre de combattre la corruption, le vol  des ressources financières et le pillage des ressources naturelles pour récupérer et mobiliser des recettes indispensables pour faire face à toutes les urgences d’ordre social, sanitaire, économique, sécuritaire et environnemental. Le confinement est impossible dans une situation d’extrême pauvreté.

Pour un plan global de la justice en République Démocratique du Congo

    Tout en appuyant et sans attendre la mise en place d’un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo (TPI/RDC), le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) propose le développement d’un plan global de la justice en République Démocratique du Congo pour les crimes commis depuis l’arrivée de l’AFDL en 1996 jusqu’en 2020. Tous les dossiers des crimes commis sont importants. Il faut réunir tous les rapports et documents rédigés sur ces crimes au niveau national et international, et continuer d’exiger des enquêtes crédibles et indépendantes sur d’autres crimes non élucidés jusqu’à ce jour.

    Le Grand Congo du 21ème siècle que nous devons tous bâtir devra être un pays modèle de la justice, car, comme nous ne cessons de le souligner, c’est la Justice qui élève une nation et affermit le pouvoir. Il nous faut un plan global de la justice qui met tous les acteurs de la justice ensemble dans notre pays, car les défis de la justice sont colossaux. Il nous faut une organisation géniale de documentation et d’organisation des procédures judiciaires qui aboutissent à la satisfaction de toutes les victimes et de notre peuple. Une réparation s’impose dans le processus global de justice et de réconciliation nationale. Sans la justice, il n’y a pas de vraie réconciliation. La réconciliation est un processus et un acte de justice. Seule la justice nous permet de rendre un vrai et grand hommage à tous nos martyrs et héros. Un peuple qui oublie ses morts est un peuple d’office mort et écarté de l’histoire des peuples et nations libres et prospères.

   Tous les acteurs nationaux au pays et dans la diaspora doivent apporter leur contribution pour le développement d’un plan global de la justice en République Démocratique du Congo. Les défenseurs des droits de l’homme, les professionnels de l’information et de la communication, les institutions religieuses et autres devraient apporter leur contribution pour une action bien planifiée et bien suivie de justice.

Le CMDC salue la mobilisation des ONG pour la justice et la bonne gouvernance en République Démocratique du Congo et pour notre pays. Pour ne citer quelques unes : Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), Association Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (ASADHO),  Comité Laïc de Coordination (CLC), Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV), Héritiers de la Justice, Impunité Zéro, Toges Noires, Institut pour la Démocratie, la Gouvernance, la Paix et le Développement en Afrique (IDGPA), Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption (LICOCO), Impunité Zéro, Lutte pour le Changement (LUCHA), Journalistes pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme. La liste est longue et l’on ne pourrait citer ici tous ces acteurs dynamiques pour la justice et la bonne gouvernance. Qu’ils tous ici l’expression de notre soutien et de notre profonde gratitude.

    Il nous faut une réponse bien pensée pour que la justice soit rendue à toutes les victimes, à tous nos martyrs et héros du plus grand holocauste après la Seconde Guerre Mondiale. Il nous faut une mobilisation inédite au niveau national et international. Les générations futures nous jugeront face aux massacres terribles notamment à l’est de notre pays, face aux assassinats des prêtres, des sœurs religieuses et d’autres serviteurs et servantes de Dieu, des défenseurs des droits de l’homme, des journalistes et autres professionnels de l’information et de la communication, face aux fosses communes à l’est, à Maluku, dans le Kasaï et les différentes parties du pays. Nos générations futures nous jugeront pour ce que nous aurons fait de notre pays, pour les massacres de Kamwina Nsapu au Kasaï, des adeptes de Bundu-dia-Kongo à Kinshasa et dans le Kongo Central, pour les massacres des populations congolaises réclamant l’organisation des élections dans le délai constitutionnel ; elles nous jugeront pour les massacres de dits « kuluna », le massacre de Yumbi, pour le pillage scandaleux et cruel de nos ressources naturelles. Les générations futures nous jugeront sur la manière dont notre pays est devenu le plus grand enfer des viols des femmes, des filles et des enfants.

        L’obligation sacrée de la justice s’impose à tous les Congolaises et Congolais pour que nous soyons dignes d’être un grand peuple aujourd’hui et demain pour les générations futures. Le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) apportera sa modeste contribution pour que la justice soit rendue à toutes nos victimes, à nos martyrs et héros, à notre peuple ainsi qu’à notre pays au niveau national et international.

Que Dieu bénisse le Peuple Congolais et la République Démocratique du Congo.

Ainsi fait à Paris, le lundi 11 mai 2020

Pour le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise,

 Le Président Exécutif

Armand MAVINGA TSAFUNENGA

LAISSER UN COMMENTAIRE