Pagesafrik.info

Le CMC redoute un impact sectoriel sévère du Covid-19 (Maroc)

L’obligation de confinement mais aussi la réduction drastique des flux humains et commerciaux auxquelles se sont astreints de nombreux pays face à la pandémie du Covid-19 ont eu des répercussions très fortes sur l’activité économique. C’est ce que relève le Centre marocain de conjoncture (CMC) dans sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » (n°324).

« Les retombées au plan économique et social ont été, en l’espace de quelques semaines, foudroyantes », a souligné l’observatoire privé dans un numéro spécial paru récemment et portant sur le Maroc face à la pandémie : Quel impact socioéconomique ?

En effet, s’il est trop tôt pour mesurer l’ampleur de l’impact de la crise humanitaire liée au Covid-19 sur l’économie nationale, l’Observatoire privé note toutefois que « certains indices permettent d’affirmer que celle-ci serait importante en comparaison avec les crises mondiales auxquelles le Maroc, comme d’ailleurs plusieurs autres pays de par le monde, ont fait face par le passé ».

A en croire cette institution spécialisée dans l’analyse et le suivi de la conjoncture, la prévision et l’évaluation d’impact, « aucun secteur n’a échappé à cette crise » qui sévit au Maroc et dans d’autres pays du monde.

«L’impact de la crise sanitaire se ressent sur de nombreux secteurs d’activité avec une forte contraction de la production, des revenus et de l’emploi », a fait observer le CMC.

« Dans l’hypothèse d’un redressement graduel de l’activité au second semestre, la perte de valeur ajoutée au plan global durant la période de confinement, extrapolée à l’ensemble de l’année, peut être estimée, au vu des données actuelles, autour de 3,2 % », a estimé le Centre précisant que ce résultat s’accompagnerait de fortes tensions sur les équilibres, interne et externe.

Quoi qu’il en soit, le CMC est persuadé que l’épidémie du coronavirus fera date au Maroc et ailleurs dans le monde. Car, explique-t-il, « jamais une crise sanitaire n’aura pris, en si peu de temps et avec une propagation aussi large, une telle ampleur provoquant, par le nombre de contaminations et de victimes, un débordement sans précédent des systèmes de santé ». 

Considérée comme la plus importante depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la crise économique provoquée par cette pandémie « va probablement engendrer l’une des pires récessions économiques de l’histoire moderne des pays », a par ailleurs prévenu le Centre soulignant que les estimations des principales institutions internationales sont extrêmement alarmistes.

Citant le Fonds mondial international (FMI), le CMC rapporte : « Nous n’avons jamais vu l’économie mondiale s’arrêter net. C’est bien pire que la crise de 2008 ».

Soulignons que dans ce numéro spécial analyse l’ampleur des effets du Covid-19 sur l’économie nationale sous six principaux axes : « Le monde d’après…le Covid-19 : Crépuscule de la mondialisation ? », « Le Maroc face à la pandémie : Quel impact au plan économique ? » , « Covid-19 : Un impact sectoriel sévère mais difficile à évaluer », « Mesures de soutien aux entreprises et aux ménages : Quel impact pour quelle efficacité ? », « Gouverner les catastrophes : Quels nouveaux instruments pour faire face à la montée des risques ? » et « 2020 : La récession : Affaissement du PIB : -3,2% ».

Alain Bouithy

Aller à la barre d’outils