Pagesafrik.info

Le 17ème Festival de cinéma africain de Tarifa et Tanger : une édition en salles et en ligne

Le festival de cinéma africain de Tarifa et Tanger (FCAT) a présenté sa 17e édition à la mairie de Tarifa, la ville la plus méridionale d’Europe continentale et la plus proche du continent africain.

L’entité organisatrice, Al Tarab, a annoncé que le festival aura lieu du 4 au 13 décembre et offrira un programme hybride composé de séances présentielles dans ces deux villes du détroit de Gibraltar, ainsi que de séances en ligne par le biais d’une salle virtuelle sur la plateforme de streaming Filmin, indique-t-on dans un communiqué.

Ce sera la première fois que ce festival, qui poursuit depuis 2004 son travail de promotion des cinématographies du continent africain, se tiendra partiellement en ligne et en automne, la crise sanitaire ayant obligé à suspendre l’édition prévue au printemps, précise-t-on de même source.

Les séances présentielles auront lieu entre le 4 et le 8 décembre à Tarifa et s’articuleront autour de cinq thèmes. La vingtaine de films projetés dans le cadre de ces séances seront hors compétition. Les projections seront complémentées par des rencontres avec des réalisateurs et des réalisatrices venus du continent et de la diaspora africaine en Europe, ainsi que des personnes expertes dans chacun des thèmes abordés.

Parmi ceux-ci, se trouvent : la Guinée équatoriale ou le passé colonial espagnol en Afrique, les 60 ans d’indépendances africaines, le racisme systémique dans les pays occidentaux, l’humour dans les cinémas africains et, comme chaque année, les productions latino-américaines réalisées par des réalisateurs de la diaspora africaine en Amérique Latine, dans le cadre du cycle « La troisième racine ».

Le regard du FCAT 2020 sur les cinématographies africaines sera généreux puisque le programme sera diffusé dans son intégralité en streaming et donc accessible pour tout le monde. La directrice du FCAT, Mane Cisneros, considère cet élan vers la diffusion en ligne comme une évolution positive. « Malgré les ravages que cause la pandémie, notamment pour le secteur de la culture, il a aussi des opportunités à saisir. Cette année, nous nous attendons à ce que le festival atteigne beaucoup plus de personnes, au-delà des frontières espagnoles, et que les films soient vus par de nouveaux publics. »

Les films des sections en compétition du FCAT, « Hypermétropie » (long-métrages) et « En Bref » (courts-métrages), seront disponibles seulement en ligne à travers la plateforme virtuelle Filmin, du 4 au 13 décembre. Une vingtaine de longs métrages, de documentaires et de courts métrages se disputeront un nombre de prix encore à définir.

En ce qui concerne la partie marocaine du FCAT et en raison de l’interdiction des événements dans le pays voisin, le festival programmera des sessions en ligne en collaboration avec les Instituts Cervantes de Tanger et de Tétouan, la municipalité de Chefchaouen, ainsi que des associations et ONG opérant dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.

En outre, lors de la présentation du FCAT 2020, l’affiche officielle de cette année a été dévoilée. Il s’agit d’une œuvre du designer et architecte marocain Omar Kdouri, qui appartient à sa série Moroccan Minimalism.

L’affiche de la 17e édition du FCAT est un hommage aux fontaines marocaines, notamment les fontaines historiques de la ville de Fès, et au zellige, la traditionnelle mosaïque composée de carreaux de faïence colorés et assemblés de façon géométrique. C’est une affiche inondée du bleu qui a fasciné tant de peintres au fil du temps, symbolisant la couleur de la Méditerranée et de l’Atlantique qui se fondent dans le Détroit de Gibraltar, la voie d’eau qui relie les deux continents et qui rend ce festival transfrontalier.

Aller à la barre d’outils