L'Afrique devrait être autorisée à utiliser ses ressources

0
271

Dans le contexte du débat sur le changement climatique, l’Afrique se trouve dans une position malheureuse dans laquelle le secteur mondial de l’énergie exige de ralentir ses progrès et de ne pas exploiter pleinement son potentiel en hydrocarbures. Ça n’est pas correct.

À la Chambre africaine de l’énergie, nous ne nions pas les impacts et la gravité du changement climatique. Nous reconnaissons le rôle et l’importance de l’Accord de Paris que plus de 30 pays africains ont signé. Cependant, nous pensons que la transition énergétique devrait être progressive et tenir compte du manque criant d’électricité en Afrique.

Sur le continent, notre principale obligation en tant que chefs de file de l’industrie est de faire en sorte que les populations africaines aient accès à l’énergie. Nous sommes déterminés à résoudre les problèmes quotidiens auxquels le continent est confronté.

La pauvreté énergétique est la préoccupation la plus critique de l’Afrique. Pour nous, c’est une situation de vie ou de mort. En Afrique, plus de 600 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité. Et nous restons un importateur net d’énergie, mais nous disposons de 125 milliards de barils de réserves de pétrole prouvées, représentant 7,3% des réserves mondiales de pétrole et 509 Tcf de gaz, soit 7,2% des réserves mondiales.

Nos ressources naturelles sont importantes pour notre développement. Nous ne pouvons ignorer ce dont le continent a besoin pour soutenir les tendances mondiales lorsque nos économies restent sous-développées. Notre potentiel en hydrocarbures est vaste et l’Afrique abrite un certain nombre d’économies émergentes qui tiennent fermement à prendre la place qui leur revient dans le secteur énergétique mondial. Le temps de nous industrialiser est venu.

Nous félicitons nos frères, sœurs et amis de l’Ouest, tels que la Norvège et l’Allemagne, d’avoir utilisé leurs ressources pétrolières et gazières pour développer leurs pays et bâtir des économies prospères. Mais l’Afrique mérite la même opportunité de construire des économies de classe mondiale.

« À la Chambre africaine de l’énergie, nous comprenons que les problèmes liés au changement climatique sont importants, mais cette nouvelle initiative de colonisation environnementale incite les pays africains à laisser leurs ressources et à dépendre du soleil », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie et auteur du best-seller sur Amazon, « Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique ».

Dans le passé, l’Afrique était beaucoup trop dépendante de l’aide étrangère et si, à certains égards, elle a été extrêmement utile et bénéfique, elle a également porté atteinte à notre indépendance. Dans plusieurs cas, l’Afrique a toujours pris le siège du passager pour décider de son avenir, mais cela doit prendre fin maintenant.

Notre continent doit rester indépendant pour décider de son propre destin.

La Chambre africaine de l’énergie s’oppose fermement à l’idée selon laquelle l’Afrique devrait ignorer son potentiel et sa capacité à tirer parti de ses ressources pour stimuler la croissance, créer des opportunités d’investissement et de développement.

En tant que porte-parole du secteur énergétique africain, nous sommes fiers d’annoncer notre campagne contre le fait que le continent devrait poursuivre un avenir énergétique moins intensif en carbone afin de soutenir les intérêts mondiaux dont l’Afrique n’a pas encore bénéficié.

Pour soutenir notre campagne, signez notre pétition sur http://bit.ly/2OYZa5Z

Par APO 

LAISSER UN COMMENTAIRE