L’AFD dévoile son nouveau dispositif d’accompagnement des start-up africaines

La France annonce une enveloppe de 65 millions d'euros pour soutenir l’émergence des licornes de demain sur le continent

0
648
Un coup de boost pour l’Afrique qui innove. L’Agence française de développement (AFD) a annoncé le renforcement de son soutien aux start-up africaines via le déploiement du label « Digital Africa ».
Il s’agit d’une plateforme numérique dont l’objectif est de permettre aux entrepreneurs innovants en Afrique de trouver les ressources et les contacts nécessaires à leur développement et à celui de leurs projets (associatif ou startup).
Le renforcement du soutien de l’AFD à l’émergence des licornes de demain sur le continent se fera également à travers le lancement d’un partenariat avec l’observatoire du numérique « Digital Observer », une plateforme d’accélération des projets de transformation numérique en Afrique, a indiqué l’institution financière publique  française, à l’occasion du Salon de l’innovation «VivaTech » organisé à Paris du 24 au 26 mai.
A noter que le dévoilement de ce nouveau dispositif d’accompagnement des start-up africaines s’inscrit dans le cadre de l’annonce du président Emmanuel Macron d’un financement à hauteur de 65 millions d’euros de la plateforme « Digital Africa ».
En effet, dans un discours prononcé à l’ouverture du Salon de l’innovation « VivaTech», qui mettait cette année l’Afrique à l’honneur, le chef de l’Etat français a annoncé que son pays débloquera dans les prochaines semaines ce montant afin de soutenir le financement de start-up africaines.
Le lancement de « Digital Africa », qui connectera les écosystèmes innovants africains, français et européens avec le financement confié à l’AFD pour soutenir les start-up africaines, constitue « un formidable saut technologique, mais aussi économique et social, à condition de favoriser le développement durable et l’inclusion, notamment des femmes », a souligné le directeur général de l’Agence française de développement, Rémy Rioux.
Il s’agit là d’«une dynamique puissante et positive que le groupe AFD veut accélérer, au service du climat et du lien social », a-t-il soutenu rappelant que l’Afrique innove, inspire et qu’il est impératif de prendre «  toute la mesure de ce que le continent apporte à ses citoyens et au monde ».
Signalons que le concours « Digital Africa » dont la troisième édition se déroulera en septembre prochain, sous le thème « Digital Africa for Women », vise à identifier et accompagner les meilleurs talents de l’innovation numérique en Afrique.
Dédiée à la promotion de l’égalité femmes-hommes sur le continent africain, cette troisième édition « s’adressera aux start-up dirigées par des femmes et à celles qui proposent des solutions innovantes en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes », souligne l’AFD.
« Le concours fera bénéficier les start-up sélectionnées d’un accompagnement financier mais aussi d’un appui pour accélérer leur projet et favoriser leur insertion dans l’écosystème numérique africain », écrit l’agence sur son site Internet, précisant qu’il sera ouvert aux candidatures à compter du 10 septembre jusqu’au 19 octobre 2018.
S’agissant de l’observatoire du numérique Digital Observer  (digitalobserver.africa), en plus de proposer une plateforme collaborative en open data, il rédige une synthèse annuelle qui « permet d’agréger de précieuses données sur le développement de l’économie digitale en Afrique, mais aussi d’évaluer la disparité de l’information digitale dans les pays et la difficulté de mise en relation des investisseurs et des porteurs de projets », précise-t-on.
Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE