La situation économique du pays n’est pas faite pour rassurer les Marocains

0
506
Persistance des craintes liées aux perspectives du chômage, du coût de la vie et de l’épargne, selon le HCP

Les ménages marocains n’ont toujours pas confiance en la situation économique du pays. La persistance des craintes liées aux perspectives du chômage, du coût de la vie et  de l’épargne a continué de plomber le moral de ces derniers au quatrième trimestre 2019, selon les chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP).

S’il s’est légèrement amélioré par rapport au trimestre précédent, le moral des ménages s’est, en effet, dégradé par rapport au même trimestre de l’année précédente « à travers la persistance du pessimisme relatif aux perspectives du chômage, du coût de la vie et de l’épargne », a souligné l’institution publique.

« Ce ressenti négatif est constaté aussi au niveau de l’évolution, entre 2018 et 2019, de la situation des droits de l’Homme, de la protection de l’environnement et de la qualité des services sociaux », a expliqué le HCP dans une note d’information sur les résultats de l’enquête de conjoncture qu’il a menée auprès des ménages au terme de l’année 2019.

En effet, l’indice de confiance des ménages (ICM) qui synthétise cette confiance s’est établi à 77,8 points, au lieu de 74,8 points enregistrés le trimestre précédent et 79,8 points une année auparavant.

Les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages montrent que l’indice de confiance des ménages continue sa tendance baissière entamée depuis le premier trimestre de 2018.

Selon les données du HCP, au cours du  quatrième trimestre de 2019, près de la moitié des ménages (43,0%) ont déclaré une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, plus d’un tiers (34,0 %) un maintien au même niveau et moins d’un quart (23,0%) une amélioration.

« Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 20,0 points, contre moins 20,2 points au  trimestre précédent et  moins 13,3 points au même trimestre de l’année passée », a noté le Haut-commissariat.

Soulignons que l’enquête du HCP a révélé que moins d’un tiers des ménages (28,8%) a déclaré s’attendre à une dégradation du niveau de vie, près de la moitié (44,5%) à un maintien au même niveau et 26,7% à une amélioration.
Il ressort ainsi que le solde d’opinion relatif à cet indicateur est passé à moins 2,2 points au lieu de moins 3,7 points le trimestre précédent et 9,0 points le même trimestre de l’année 2018.

Dans le même temps, l’enquête de conjoncture a fait apparaître qu’une majorité des ménages, soit 79,5%, s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois et que seuls 7,9% sont plus optimistes.

La perception par les ménages de l’évolution du chômage est telle qu’il est ressorti de l’enquête que le solde d’opinion est resté négatif à moins 71,6 points contre moins 71,8 points un trimestre auparavant et moins 70,0 points un an auparavant.

L’érosion de la confiance des ménages a été aussi perceptible en ce qui concerne les achats des biens durables. En effet, au quatrième trimestre de 2019, plus de la moitié d’entre eux (55,6%) ont considéré que le moment n’est pas opportun de les effectuer. Ils n’étaient que 26,3% à croire que la conjoncture est au contraire favorable.
Ainsi, pour le Haut-commissariat, « le solde d’opinion de cet indicateur est resté négatif, passant à moins 29,2 points contre moins 37,7 points le trimestre précédent et moins 36,7 points le même trimestre de l’année 2018 ».
A l’inverse de ce qui a été jusque-là observé au titre du quatrième trimestre 2019, l’enquête du HCP a relevé qu’une proportion assez importante des ménages (65,6%) a estimé que ses revenus couvrent ses dépenses au cours de ce trimestre, alors que 30,4% d’entre eux ont déclaré s’endetter ou puiser dans leur épargne tandis que 4,0% ont affirmé épargner une partie de leur revenu.
Après analyse, « le solde d’opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 26,4 points contre  moins 29,5  points le trimestre précédent et moins 28,4 points une année auparavant », a relevé le Haut-commissariat.
Concernant  l’évolution de leur situation financière au cours des 12 derniers mois, il apparaît que 31,4% contre 9,3% des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée.
Ainsi que l’a souligné le HCP, cette perception est restée négative, « avec un solde d’opinion de moins de 22,1 points en amélioration par rapport au trimestre précédent où il enregistrait moins 26,0 points et en dégradation par rapport au même trimestre de l’année précédente où il enregistrait moins de 20,7 points ».
Quant à l’évolution de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, l’enquête de conjoncture a fait apparaître que 27,6% contre 11,7 % des ménages, s’attendent à une amélioration de leur situation financière.
Dans ces conditions, « le solde d’opinion de cet indicateur enregistre 15,9 points contre 12,8 points un trimestre auparavant et 19,1 points un an auparavant », a fait savoir le Haut-commissariat.

Analysant l’évolution d’autres indicateurs trimestriels de la conjoncture, notamment sur la perception des ménages relative à d’autres aspects des conditions de vie dont la capacité des ménages à épargner et l’évolution des prix des produits alimentaires, l’enquête apporte beaucoup d’enseignements.

Ainsi, il apparaît que la perception de la capacité future des ménages à épargner  est restée pessimiste, que 17,8% contre 82,3% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois.  Sur ce point, « le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 64,5 points au lieu de moins 64,4 points au  trimestre précédent et moins 63,0 points au même trimestre de l’année passée ».

Toujours selon le HCP,  85,2% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,1%) qui ressentent leur diminution.  La perception est telle que « le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 85,1 points, après avoir été de moins 83,7 points le trimestre précédent et de moins 90,3 points une année auparavant ».

Pour 82,7% des ménages, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter au cours des 12 prochains mois, contre 0,5 % seulement qui s’attendent à leur baisse. Le solde d’opinion devait ainsi rester négatif, se situant à moins 82,2 points, au lieu de moins 83,3 points enregistrés un trimestre auparavant et moins 86,6 points une année auparavant, a fait savoir le HCP.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE