UE: hausse de la population à plus de 513 millions d’habitants en début d’année 2019

L’Allemagne est l'État membre de l'UE le plus peuplé avec 83,0 millions de résidents (soit 16,2% de la population totale )devant la France (67,0 millions, soit 13,1%), le Royaume-Uni (66,6 millions, soit 13,0%).

0
479

Selon les chiffres de l’Office statistique de l’Union européenne (Eurostat), au 1er janvier 2019, la population de l’UE était estimée à près de 513,5 millions, contre 512,4 millions au 1er janvier 2018.

Au cours de l’année 2018, plus de décès que de naissances ont été enregistrés dans l’UE (5,3 millions de décès et 5,0 millions de naissances), a relevé l’office la veille de la Journée mondiale de la population (11 juillet).

« Ce qui signifie que la variation naturelle de la population de l’UE a été négative pour une deuxième année consécutive », a-t-il indiqué expliquant que la variation démographique (positive, avec 1,1 million d’habitants supplémentaires) est due à la migration nette.

Avec 83,0 millions de résidents (soit 16,2% de la population totale de l’UE au 1er janvier 2019), l’Allemagne est l’État membre de l’UE le plus peuplé, devant la France (67,0 millions, soit 13,1%), le Royaume-Uni (66,6 millions, soit 13,0%), l’Italie (60,4 millions, soit 11,8%), l’Espagne (46,9 millions, soit 9,1%) et la Pologne (38,0 millions, soit 7,4%), souligne l’office dans un communiqué.

A noter qu’en 2018, la plus forte croissance démographique a été observée à Malte (+36,8 pour 1 000 résidents), devant le Luxembourg (+19,6‰), l’Irlande (+15,2‰) et Chypre (+13,4‰), la Suède (+10,8‰), la Slovénie (+6,8‰), la Belgique (+6,1‰), l’Espagne et les Pays-Bas (+5,9‰ chacun) et les Royaume-Uni (+5,6‰).

« À l’opposé, souligne Eurostat, la plus forte baisse de la population a été enregistrée en Lettonie (-7,5‰), suivie par la Bulgarie et la Croatie (-7,1‰ chacune), la Roumanie (-6,6‰) et la Lituanie (5,3‰) ».

Au total, les donnes de l’office font ressortir é que la population de l’UE s’est accrue de 1,1 million de personnes au cours de l’année 2018. Ce qui correspond à une augmentation de +2,1‰.

Soulignons qu’au tire de la même l’année 2018, il apparaît que 5,0 millions de naissances ont été enregistrées dans l’UE, soit près de 118 000 de moins que l’année précédente.

Eurostat précise que les taux bruts de natalité les plus élevés en 2018 ont été affichés par l’Irlande (12,5 pour 1 000 résidents), la Suède (11,4‰), la France (11,3‰) et le Royaume-Uni (11,0‰), tandis que les taux les plus faibles ont été relevés en Italie (7,3‰), en Espagne (7,9‰), en Grèce (8,1‰), au Portugal (8,5‰), en Finlande (8,6‰), en Bulgarie (8,9‰) ainsi qu’en Croatie (9,0‰).

L’office estime qu’«à l’échelle de l’UE, le taux brut de natalité était de 9,7 naissances pour 1 000 résidents ».

L’analyse des chiffres recueillis montre que 5,3 millions de décès ont été comptabilisés dans l’UE en 2018, soit environ 46 000 de plus que l’année précédente.

Il apparaît sur ce point que « l’Irlande (6,4 décès pour 1 000 résidents) et Chypre (6,6‰) ainsi que le Luxembourg (7,1‰) affichaient en 2018 les taux bruts de mortalité les plus faibles, suivis de Malte (7,6‰), des Pays-Bas (8,9‰), de l’Espagne et de la Suède (9,1‰ chacune) » fait savoir l’office.

Alors qu’à l’autre extrémité de l’échelle, Eurostat note que la Bulgarie (15,4‰), la Lettonie (15,0‰), la Lituanie (14,1‰), la Roumanie (13,5‰) et la Hongrie (13,4‰), ont enregistré les taux les plus élevés.

D’après l’office, le taux brut de mortalité pour l’ensemble de l’UE s’est établi à 10,4 décès pour 1 000 résidents.

En conséquence, poursuit l’office, « l’Irlande (avec un taux d’accroissement naturel de sa population de +6,1‰) restait en 2018 l’État membre où le nombre de naissances a le plus largement dépassé le nombre de décès ».

Ce pays devance Chypre (+4,1‰), le Luxembourg (+3,2‰), la Suède (+2,3‰), la France (+2,2‰), le Royaume-Uni (+1,7‰) et Malte (+1,6‰).

En revanche, il apparaît que parmi les quinze États membres de l’UE dont la population a affiché une diminution naturelle en 2018, « le nombre de décès a dépassé celui des naissances le plus largement en Bulgarie (-6,6‰), suivie par la Lettonie (-4,9‰), la Lituanie (4,1‰), la Croatie, la Hongrie et la Roumanie (-3,9‰ chacune) ».

Martin Kam Avec Eurostat

LAISSER UN COMMENTAIRE