La mort a encore frappé dans la famille des musiciens congolais: Le chevronné saxophoniste Bik’s Bikouta nous a quittés.

0
461

C’est l’un des artistes de grand talent qui vient de déposer le micro, et le saxo mercredi 08 Mai 2019 à Brazzaville, à la suite d’une longue maladie.

Sébastien Bikouta Bik’s était un diplomate de haut rang qui a servi dans plusieurs ambassades du Congo-Brazzaville dans le monde. Mais, il était surtout connu, apprécié et admiré  comme un des meilleurs saxophonistes africains.

Les années 1970 et 1980 lui seront particulièrement favorables, lorsqu’il :

– Participe en 1976/1977 au 2ème Festival culturel panafricain de Lagos (Nigéria) à la tête de l’orchestre national du Congo, après la sortie en 1976 d’un album dudit orchestre sur la marque “Vision”. Mission de chef d’orchestre dont il se voit confier le gouvernement congolais.

– Forme en 1984 à l’IAD (Industrie Africain du Disque), Le mythique Jungle Trio, aux côtés du saxophoniste Bruno Houla, et le guitariste Jeef Louna. Ce qui lui vaudra une renommée internationale. Pour la première fois en effet le jazz congolais explosait sur la scène mondiale. Une aventure qui sera malheureusement courte, car le trio ne restera pas longtemps ensemble.

– Pour citer Audifax Bemba, ancien collaborateur de la Société Française du Son (Sofrason). Bicks, “c’est le plus grand de nous tous. Nous ne cessons d’apprendre à ses côtés” l’avait confié Nino Malapet en présence de Jean-Serge Essous en 1984. Diplomate de carrière à la retraite, artiste multidisciplinaire – communément appelé chez nous musicien complet – saxophoniste féru de jazz, Bik’s Bikouta sort de l’anonymat élitiste de praticien de jazz. Son expérience à la tête de l’orchestre National est demeurée éphémère, mais gravée dans la postérité avec ses deux compositions “Ah Congo” et “Missie mabe”. Pour la petite histoire, Bik’s Bikouta a été le mentor de Manu Dibango, c’est lui qui l’entraina sur le sentier de la musique baccalauréat en poche en 1959. (Témoignage de Manu Dibango sur les antennes d’Africa N°1 – 1999) – fin de citation.

– Comment est né l’Orchestre National de Bik’s Bikouta ? Voici le témoignage du musicien-producteur de musique Freddy Kebano “…Lorsque je fais la connaissance du doyen Bik’s… il revenait des USA et prenait sa retraite de diplomate… Je lui rendais souvent visite et j’était émerveillé par son talent de saxophoniste et de praticien du xylophone…Moi , j’étais plutôt guitariste.

En 1976-1977 ma rencontre avec le frère Martin Mbéri (membre du C/C du PCT et directeur de l’école nationale d’administration) pour un ambitieux projet de récolte de  données ethnomusicologiques de notre culture congolaise afin de mieux connaître notre pays, et ce pour toutes les générations – à l’instar du Sénégal et de la Côte-D’ivoire – débouche en fin de compte, par la création d’un orchestre national, naturellement  sous l’impulsion de Me Martin Mbéri et à la tête duquel est retenu Bik’s Bikouta, qui s’appuiera sur l’ossature Bantous de la capitale (fin de citation)

Enfin, rappelons que depuis son admission à la retraite, Bikouta Bik’s vivait exclusivement pour la musique et maîtrisait de nombreux instruments. Son décès est incontestablement une grande perte pour le monde de la musique.

Clément Ossinondé

LAISSER UN COMMENTAIRE