La lutte de Robert Mugabe

( mon Analyse à l'attention des Jeunes Futurs Leaders d'Afrique)

0
225

TRIBUNE. ROBERT MUGABE en Leader érudit, c’est à dire un fin connaisseur de l’histoire des hommes, était conscient que jamais la LIBERTE véritable ne s’obtient gratuitement.

C’est donc dans cet état de conscience qu’il avait engagé son PEUPLE dans une lutte féroce et éprouvante contre un régime d’occupation colonial qui pratiquait une idéologie militaro-raciste plus proche du Nazisme que du raciste ordinaire.

LA RODHESIA WAR (Guerre de Rhodesie) est connue dans l’histoire comme l’une des guerres les plus sales du 20e siècle. Rarement un régime colonial n’avait atteint un tel niveau de bestialité. Au nom de la défense du pouvoir Blanc, des “chiens de guerres” (expression d’usage pour ce genre de conflit) viendront de partout au monde et principalement des pays tolérant le racisme ou pratiquant le segrationnisme à l’instar des USA (les veterans abîmés du vietnam, des adeptes du Kukluxklan des colons du bush ‘Australien, des mercenaires blancs sud-africains, israéliens, et anciens de la guerre d’ Algérie etc)

AU NOM DE LA LIBERTE & DE LA TERRE, le peuple (hommes, femmes, jeunes etc) se sacrifia en payant un très lourd tribu afin de retrouver sa dignité et être libre de son sol, sous sol, c’est à dire de devenir pleinement maître de son Destin (et aussi le droit à l’erreur car aucun peuple libre au monde n’est parfait).

LA LUTTE DE MUGABE sera aussi un exemple de générosité dans la souffrance de la part du héroïque peuple Zimbabwéen car il se battait pour sa terre, pour la Namibie, l’Afrique du Sud et l’ensemble de l’ Afrique Australe.

DE MON EXPERIENCE EN POLITIQUE ET MA PASSION POUR L’HISTOIRE, DE LA VIE EN UNIFORME ET DU RARE PRIVILEGE D’AVOIR VU OU RENCONTRÉ DES DIRIGEANTS QUI ONT FAIT L’HISTOIRE, j’ai appris que des l’aube de l’humanité la mémoire collective des hommes efface les peuples ayant renoncés à se battre physiquement pour le droit de vivre et jouir de ses biens et droits. Il est en est de même de nos jours pour des peuples qui au lieu de lutter au prix de leurs vies pour leur Liberté, préférent solliciter dans les capitales étrangères l’indulgence de ceux qu’ils considèrent mentalement comme des nations supérieures.

J’ai fini par faire mienne c’est phrase de THOMAS SANKARA autre grand personnage de l’histoire d’Afrique : “ON NE DOIT JAMAIS SE LAMENTER POUR UN PEUPLE QUI RENONCE A LUTTER “

PARADOXE
Il il y a plus du Winston Churchill (de la période 39—45 et pour le raffinement intellectuel) et du MAO ZEDONG (pour l’idéologie de la guérilla puis de l’autoritarisme) que du Nelson MANDELA (autre grand défenseur de la Liberté en Afrique du Sud qui toute sa vie sera fasciné par l’Angleterre)

L’HOMME D’ETAT MUGABE dans l’exercice du pouvoir n’aura pas qu’été exemplaire. Mais c’est le lot de ces dirigeants historiques qui se sont eternisés au pouvoir. L’histoire a cet effet nous montre, un pathétique et trop vieux WINSTON CHURCHILL le héros de guerre pour la Liberté de l’Europe redevenu premier ministre pour la seconde fois. Un MAO ZEDONG idéologue piromane autoritaire et sénile. CHARLES DE GAULLE plus en phase avec son époque etc.

LA VIE DE LUTTE DU CAMARADE MUGABE est un des plus grands exemple de Leadership en Afrique et dans le monde et son histoire devra être enseignée aux futures générations de Leaders africains.

ROBERT MUGABE est un héros pour l’Afrique et c’est parce qu’il a réalisé ce que peu de leaders africains (et noirs en général) ont osé face à la pire des prédation qu’il ne peut être montré en exemple par ceux qui l’ont combattu et qui aussi que leur mémoire collective sera en fonction et que l’Afrique sera insignifiante, ils retiendront de lui le dictateur (plus personne en occident ne parle de MAO ainsi depuis que la Chine est redevenue un Empire)

À NOUS DONC génération qui entend relever le continent de parler de la vie héroïque du camarade BOB aussi longtemps que notre mémoire collective fonctionnera et au delà après nous et aussi longtemps que l’Afrique vivra.

ROGER FRANCK BEMBA

LAISSER UN COMMENTAIRE