La Guinée équatoriale accordera des extensions aux sociétés d’exploration et une flexibilité aux sociétés productrices sur les programmes de travail et les dépenses d’investissement

0
502
Gabriel Mbaga Obiang Lima.

S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima partage les plans de la Guinée équatoriale pour traverser la crise actuelle des marchés mondiaux du pétrole lors d’un webinaire organisé par Africa Oil & Power en partenariat avec la Chambre africaine de l’énergie le 27 avril 2020.

La Guinée équatoriale lancera une nouvelle réglementation pétrolière pour soutenir son industrie des hydrocarbures en mettant l’accent sur l’amélioration du contenu local ; Le ministère des Mines et des Hydrocarbures poursuit son initiative de l’Année de l’investissement et prévoit de faire des annonces de projets au quatrième trimestre 2020.

Lors d’un webinaire organisé par Africa Oil & Power en partenariat avec la Chambre africaine de l’énergie et le ministère des Mines et des Hydrocarbures (MMH) de Guinée équatoriale, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, le ministre des Mines et des Hydrocarbures du pays a fourni des informations clés sur les plans du pays pour faire face à l’état actuel des marchés mondiaux du pétrole et à la pandémie de COVID-19.

Considérant 2020 et 2021 des « années perdues » au milieu du bas prix du pétrole et COVID-19, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, a souligné l’importance d’être flexible et d’adopter une approche réaliste pour que les producteurs de pétrole du monde entier et, en particulier en Afrique, se remettent de la récession – un message bien en ligne avec l’Agenda du secteur énergétique africain que la Chambre africaine de l’énergie a publié aujourd’hui.

Gardant son optimisme, le ministre a déclaré aux participants du webinaire : « Je pense que cette pandémie présente de nouvelles opportunités pour le continent africain. C’est une nouvelle opportunité car certains des opérateurs traditionnels de services quittent les pays avec les ressources et doivent se rendre compte qu’ils doivent faire le travail eux-mêmes. »

« C’est une chance pour les entrepreneurs africains d’entrer sur le marché et d’exploiter eux-mêmes leurs installations plutôt que d’attendre la fin de la pandémie. C’est une grande opportunité mais, avec cette grande opportunité, nous devons encore être réalistes », a-t-il ajouté.

En adoptant une approche réaliste, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima a déclaré qu’à l’approche du deuxième semestre, les petits pays africains producteurs de pétrole devaient se concentrer sur la recherche et le développement, accorder des extensions de licence et considérer 2021 comme l’année de la réflexion. Ce faisant, le ministre a prévu que la Guinée équatoriale verrait de nouvelles annonces législatives qui comprendraient les limitations des expatriés qui seront de trois ans et, encourageant l’industrie nationale des services à prendre ses responsabilités et à se préparer au rebond.

« L’autre règlement que nous prévoyons de lancer cette semaine est le règlement sur les minéraux et le pétrole », a annoncé le ministre. Le lancement de ce règlement permettra au MMH de développer son industrie minière et de soutenir une forte participation locale dans le secteur.

Le mois prochain, le MMH publiera également une nouvelle réglementation pétrolière qui se concentrera sur son secteur aval. « C’est vraiment ce que nous pensons être l’avenir de notre industrie pétrolière et gazière. Le raffinage et l’aval sont essentiels car ils peuvent créer beaucoup d’emplois et il est grand temps que nous traitions nos ressources à l’intérieur du pays », a déclaré le ministre.

Sur la façon dont la politique de contenu local va changer sous la nouvelle législation pour les compagnies nationales et internationales, il a déclaré qu’il y aura des contrats et des projets qui devront être 100% équato-guinéens. Ceci sera mis en œuvre dans le secteur amont, aval et pétrochimique.

Pour aller de l’avant, le MMH enverra trois messages clés aux compagnies pétrolières nationales (NOC) et aux compagnies pétrolières internationales (IOC) :

  1. La nécessité de maintenir la valeur actionnariale qui bénéficiera à la population de Guinée équatoriale et de garantir le maintien de la génération de revenus.
  2. Assurer la sécurité des opérations pour les travailleurs qui ont continué au milieu de la pandémie de COVID-19.
  3. L’importance de maintenir et de soutenir les relations entre les sociétés locales et les compagnies internationales, certifiant que les deux parties relèvent ensemble les défis.

Avec un objectif central pour les industries locales de se lancer dans le secteur du pétrole et du gaz, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima a déclaré que pour que l’Afrique soit compétitive dans l’industrie mondiale du pétrole et du gaz, elle devait prendre le contrôle de ses ressources.

« Nous pourrions saisir cette opportunité et non seulement être impliqués dans l’extraction de nos ressources mais aussi dans les secteurs de la transformation et de la commercialisation, car très peu d’Africains sont impliqués dans cet aspect des activités pétrolières et gazières », a expliqué le ministre.

2020 étant proclamée Année de l’investissement en Guinée équatoriale, le MMH avait soutenu que l’initiative est toujours importante pour le développement du pays et qu’elle se poursuivra et mènera en 2021 en se concentrant sur son avancement pétrochimique.

« D’ici le quatrième trimestre de cette année, je devrais être en mesure d’annoncer les différents projets que nous allons réaliser. Par exemple, nous aurons la première production de remblayage [gaz] en novembre et nous nous attendons à ce que certains de nos projets de raffinage soient mis en construction », a-t-il révélé.

« La Chambre africaine de l’énergie félicite S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima pour les mesures qu’il a prises pour aider les sociétés d’exploration avec des extensions, et pour les sociétés de production en retardant les programmes de travail », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie. « Cela est conforme à notre Agenda du secteur de l’énergie africain publié aujourd’hui qui vise à soutenir la continuité des opérations commerciales et la croissance future du secteur », a-t-il ajouté.

L’Agenda du secteur de l’énergie africain de la Chambre africaine de l’énergie est désormais disponible en téléchargement gratuit sur la page d’accueil de www.EnergyChamber.org.

Par APO

LAISSER UN COMMENTAIRE