La France pourrait utiliser l’argent des « biens mal acquis » pour financer le développement

0
362
Vice President of Equatorial Guinea Teodoro Nguema Obiang Mangue gestures while arriving at the Loftus Versfeld Stadium in Pretoria, South Africa, for the inauguration of Incumbent South African President Cyril Ramaphosa on May 25, 2019. (Photo by Michele Spatari / AFP)

C’est ce que propose un rapport parlementaire remis à la garde des sceaux. L’AFD serait chargée de trouver des « projets adaptés, au plus près des populations ».

La France s’achemine, lentement mais sûrement, vers la création d’un cadre juridique spécifique pour restituer aux populations spoliées les « biens mal acquis » par des dirigeants étrangers peu scrupuleux dans la gestion des deniers publics.

Mardi 26 novembre, les députés Laurent Saint-Martin (La République en marche) et Jean-Luc Warsmann (UDI, Agir et indépendants) ont remis à la garde des sceaux, Nicole Belloubet, le rapport commandé au printemps par le premier ministre sur l’évaluation des dispositifs d’identification, de confiscation et d’affectation des avoirs criminels. Cette mission faisait suite à l’adoption par le Sénat de la proposition de loi sur l’affectation des avoirs issus de la corruption internationale déposée par le sénateur Jean-Pierre Sueur (PS).

Dans ce rapport dont le champ de réflexion est plus large que celui des seuls « biens mal acquis », les deux parlementaires suggèrent qu’une fois le délit sanctionné par la justice, le ministère des affaires étrangères prenne le relais pour conclure un accord de restitution avec l’Etat du pays dont les fonds ont été détournés. Puis l’Agence française de développement (AFD) aurait en charge sa mise en œuvre, en proposant un « bouquet de projets adaptés, au plus près des populations, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’accès à l’eau… ».

« Il s’agit de faire du sur-mesure »

Les députés, qui ont retenu un mécanisme inspiré de celui appliqué en Suisse, précisent que dans les pays où l’AFD ne serait pas implantée, il serait possible de se tourner vers d’autres institutions de développement comme la Banque mondiale. L’Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Afrasc) serait le troisième pilier de cette cellule spéciale sur les « biens mal acquis ». Cet établissement public a, entre autres missions, celle d’exécuter les saisies d’avoirs ou de biens ordonnées par la justice.

Lire la suite sur Lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE