Kinshasa : Quand « Petitwendo » Ali tient à l’héritage musical de Wendo Kolosoy

0
458
"Petitwendo" Ali

Le vieux chanteur congolais Wendo Kolosoy s’est éteint à l’âge de 83 ans. C’était le 28 Juillet 2008. Durant sa longue existence, Antoine Kolosoy Wendo aura plusieurs sociétaires, mais , à ce jour un seul à notre connaissance contribue à perpétuer son héritage musical. On l’appelle  « Petitwendo » Ali

Cela fait huit ans que le Congo cherche son nouveau Wendo

« Petitwendo »Ali de son vrai nom Wonsa-Ndolomingu s’est impliqué dans la musique de son mentor Wendo Kolosoy en le côtoyant de son vivant pendant plusieurs mois et en s’émancipant de ses talents au chant et à la guitare.

Petit Wendo est plus que jamais l’héritier musical de papa Wendo Kolosoy

L’Héritage musical de Wendo Kolosoy est une réunion des oeuvres populaires des années 50 se réclamant de la tradition rumba, enregistrées aux éditions Jeronimidis Ngoma. Initié par son mentor, le jeune guitariste-chanteur « Petitwendo » Ali a su s’adapter entièrement au style Victoria Kin, en jouant des musiques de l’époque, mais aussi des compositions actuelles, sur des arrangements Rumba originale.

A la rencontre de « Petitwendo » Ali

Petitwendo est aujourd’hui l’une des voix connues de Kinshasa, et  l’une des plus belles parmi les jeunes talents kinois.

Né à Kinshasa le 23/12/1979, « Petitwendo » Ali est issu d’une famille dont le chant fait partie du quotidien. En étant bercé dès son enfance, il est très vite attiré par la musique et les chanteurs traditionnels. En 1990, et grâce au phonographe abandonné par son père, Il accroît ses connaissances en les écoutant et en les enregistrant. Particulièrement Wendo, D’Oliveira, Adou Elenga et Bowane. En 1992, à l’âge de 13 ans, il se produit pour la première fois en public pour interpréter le générique de l’émission Sport- dimanche « Fair play » de la RTNC (Radio télévision nationale congolaise) dont il est le compositeur.

Sa voix magnifique et sa profonde connaissance musicale provoquent l’admiration du grand public qui le surnomme « PetitWendo »pour avoir chanté avec un  timbre semblable à Wendo Kolosoy. Au point où en 1997, papa Wendo se voit obliger d’enrôler son jeune petit-fils dans son groupe, jusqu’en 1999. La rencontre de Petitwendo avec papa Wendo a marqué le monde de la musique congolaise.

Enfin, « Petitwendo » entre quelque peu dans la légende de la musique congolaise, en accompagnant en 2001, Charman Jacques Koyo dans le groupe Engonza à Brazzaville, puis les groupes kinois Do Akongo en 2003 et Victoria Eleison d’Emeneya en 2004.

En 2008, sa rencontre avec  le brillant guitariste-chanteur kinois Jean Goubald marque le monde de la musique savante à Kinshasa. Il intègre son groupe. Ensemble, ils font de la musique de variétés et promènent les chants et les rythmes au fil de leurs spectacles. Le groupe de Jean Goubald  accompagne à merveille le chant de Petitwendo Ali en ce qu’il en souligne toujours et avec justesse, la profondeur et la beauté. Ce duo a, entre autre, objectif de contribuer à perpétuer l’héritage musical du patriarche Wendo Kolosoy, à travers des albums, et de spectacles dans les plus grands espaces de Kinshasa et de la RDC. C’est ainsi qu’il évolue régulièrement au Centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa, dont il salue la grande et fructueuse collaboration.

« Petitwendo » est un chanteur fantastique et, en quelque sorte, un artiste complet. Il a un charisme incroyable et il est séduisant. Sa présence sur scène est remarquable et il sait se danser ! Cependant, ses deux principales forces sont probablement sa voix , son grand talent de parolier et de guitariste, puis surtout le professionnalisme de Jean Goubald, qui donne, par son talent, un véritable souffle de modernisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE