Hommage d’Angélique Kidjo à Célia Cruz

Quand une reine béninoise rend hommage à une reine cubaine…

0
453
ANGELIQUE-KIDJO

Angélique Kidjo,  qui sait ce qu’elle doit à Celia Cruz, a décidé de le montrer de la façon la plus convaincante qui soit, à travers plusieurs concerts à travers l’Amérique et l’Europe. Trois fois sacrée aux Grammy Awards, Angélique Kidjo se livre à un extraordinaire exercice de salsa à la Célia Cruz.

Puisant son inspiration dans le répertoire de la reine de la salsa, elle réinterprète « Cucala », « Usted Abuso », « La Vida Es Un Carnaval », pour ne citer que les morceaux les plus célèbres, et elle danse, vibre, proclame avec joie l’amour, l’unité et le respect mutuel de chacun pour chacun. (Angélique Kidjo tribute to Celia Cruz -anthea, Antipolis Théâtre d’Antibes)

C’est particulièrement ce qu’elle a fait au Festival  « Jazz à Vienne ». La chanteuse africaine  – pour citer Ludo du site  « Le son latino – Latina  » – a rappelé les origines de la salsa et a célébré la diva de Cuba.

La salsa est africaine, a-t-on l’habitude de lire. Un lieu commun dont on ne mesure jamais assez la vérité. Dans Tributo a Santiago de Cuba, le percussionniste cubain Pedrito Martinez invite Angélique Kidjo à chanter en langue yoruba. De culture yoruba par sa mère, Angélique précise dans une interview à nos confrères de Mundo Latino : « La religion yoruba, ici et là-bas, en Afrique comme à Cuba c’est la même chose ! » Pour Angélique Kidjo, dans le Monde Afrique pour lequel elle écrit régulièrement, elle dit aussi à propos de Celia Cruz : « La voix de Celia est celle de l’Afrique. Ses chansons s’inspirent des Orishas, ces dieux yoruba emmenés par les esclaves aux Amériques. Sa technique vocale est presque identique à celles des tambours africains, avec la répétition des mots de manière hypnotique et toujours subtilement variée »

Lorsque, sous près de quarante degrés à l’ombre un beau jour de ce mois de juillet, Angélique Kidjo entonne le chant traditionnel Zelie, le public du Festival « Jazz à Vienne » n’est donc pas étonné. La diva a ensuite enchaîné les tubes avec énergie et toujours beaucoup de bonheur. Du coup, son concert a séduit les amateurs de salsa comme les fans de la première heure. C’est cubain et africain en même temps. Militante infatigable, Angélique s’interrompt un temps pour défendre son continent, prêche l’égalité. Et puis elle s’engouffre dans la foule en chantant Afirika, pour enfin l’inviter à la suivre sur la scène… La vida es un carnaval !

Le concert de Vienne a été le premier depuis celui donné l’an dernier à New-York. Le premier d’une série que l’on espère longue. En attendant peut-être l’enregistrement d’un album qui célébrerait l’union d’Angélique et Célia, de l’Afrique et de Cuba.

Avant cette étape, vous pourrez chanter et danser avec ses deux divas en Europe et aux USA au cours des mois qui suivent.

LAISSER UN COMMENTAIRE