Hausse des prix mondiaux des produits alimentaires en juin

Le blé et la viande ont tiré à la hausse l’indice FAO

0
203
L’indice des prix des produits alimentaires a enregistré une hausse en juin dernier, a annoncé l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) notant que les prix du blé et de la viande ont contribué à faire monter les prix mondiaux des produits alimentaires en ce mois. 
L’Indice FAO des prix des produits alimentaires, un indice mensuel et pondéré par les échanges commerciaux qui permet de suivre l’évolution des cinq principaux groupes de produits alimentaires, aurait affiché une moyenne de 175,2 points en juin, soit une hausse d’1,4% depuis mai et de 7,0% par rapport à l’année dernière, a souligné l’agence onusienne.
Selon les données recueillies par l’organisation, l’Indice FAO des prix des céréales aurait augmenté de 4,2% en juin face à la hausse des prix du blé à forte teneur en protéines, qui a pâti de la détérioration de l’état des cultures aux Etats-Unis.
En revanche, les experts de la FAO ont constaté que les prix du maïs avaient baissé face à des récoltes qui ont atteint un niveau record en Amérique du Sud.
Toujours selon ces derniers, les indices des prix de la FAO pour la viande et les produits laitiers avaient également augmenté, alors que ceux des huiles végétales et du sucre ont baissé.
Soulignons qu’en dépit du durcissement des conditions d’approvisionnement du blé à forte teneur en protéines, la FAO a annoncé que les stocks mondiaux céréaliers devraient probablement rester abondants cette année.
Selon le Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, qui a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales, les stocks céréaliers seraient en passe d’atteindre de nouveaux records.
Ceci dit, l’organisation a révisé à la baisse ses prévisions pour le mois de juin concernant la production mondiale de blé   dont le volume devrait s’élever à 739,9 millions de tonnes, soit près de 3,3 millions de tonnes (0,4%) de moins que les estimations de juin. « Cette révision à la baisse est presque entièrement à mettre au compte de la diminution du volume des récoltes dans l’UE et en Ukraine, où l’on s’attend à une baisse des rendements à cause du manque de précipitations observé dans ces régions », a expliqué la FAO.
A noter que l’agence a, en revanche, revu à la hausse les prévisions de production du maïs et du riz.
En ce qui concerne celles liées à la production mondiale de riz en 2017, la FAO table désormais sur 502,9 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation de 0,6% par rapport au niveau record atteint en 2016 et une légère augmentation par rapport aux prévisions de juin.
« Cette modeste révision à la hausse se fonde sur des prévisions qui anticipent une légère augmentation des superficies ensemencées en Asie et une augmentation des rendements en Amérique du Sud », a expliqué l’organisation.
Pour l’agence onusienne, tout porte à croire que la production mondiale de céréales en 2017 devrait probablement atteindre les 2.593 millions de tonnes, ce qui représente 0,6% de moins que celle de 2016. Selon elle, la diminution en glissement mensuel reflète la baisse de la production mondiale d’orge et de blé, qui a surtout été observée dans l’Union européenne (UE).
Soulignons que les stocks céréaliers mondiaux devraient augmenter et atteindre un niveau record de 704 millions de tonnes. « Compte tenu de la faible augmentation prévue de l’utilisation mondiale de céréales, les stocks mondiaux de céréales devraient continuer de progresser pour atteindre un nouveau niveau record d’environ 704 millions de tonnes, soit une valeur légèrement supérieure aux prévisions du mois dernier », a relevé l’agence.

LAISSER UN COMMENTAIRE