Guinée : opposé à « toute modification de la Constitution », le ministre de la justice démissionne

Le chef de l’Etat, Alpha Condé, est soupçonné de vouloir mettre fin à la limitation du nombre de mandats présidentiels.

0
255
Le ministre guinéen de la justice, Cheick Sako, à Conakry, le 4 juillet 2015. CELLOU BINANI / AFP.

Le ministre guinéen de la justice, Cheick Sako, a présenté sa démission au président Alpha Condé au moment où le pays connaît un vif débat sur l’opportunité d’une nouvelle Constitution, a-t-on appris de sources concordantes, lundi 27 mai.

Ancien opposant historique et premier président démocratiquement élu de cette ex-colonie française, M. Condé, dont le deuxième mandat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent – deux maximum en Guinée.

Dans une lettre au chef de l’Etat consultée par l’AFP, M. Sako affirme présenter sa démission faute de réponse de M. Condé à sa demande, lors d’un entretien le 4 avril, de le remplacer dans les fonctions qu’il exerce depuis près de cinq ans et demi. 

« Par ailleurs, je n’ai pas été associé à la rédaction de la nouvelle Constitution en ma qualité de garde des sceaux, écrit-il. Compte tenu de ma position personnelle contre toute modification ou changement de la Constitution en vigueur, vous comprendrez que je ne puisse plus continuer à exercer la fonction de ministre de la justice. »

Lire la suite sur LeMonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE