Ghislain Joseph Gabio : “Mes années de Radio Télé à la Radiodiffusion Congolaise (1965-2001)”

0
1337
Ghislain Joseph Gabio revient sur ses années de Radio Télé à la Radiodiffusion Congolaise.

Pour retracer ses 36 ans de Radio Télé aussi hyperactifs et innovants, Ghislain Joseph Gabio a ouvert très largement la boîte aux archives, où il a puisé la matière d’un livre de 122 pages aux éditions L’Harmattan-Congo.

En effet, l’auteur qui a passé 50 ans de sa vie professionnelle dans l’audiovisuel, est le témoin privilégié de l’histoire de la R.T.C. (Radiodiffusion Télévision Congolaise). Il présente ici sa biographie dans laquelle il nous fait découvrir l’histoire de cet organisme de radiodiffusion.

Aussi, pour se référer à la préface de Marc Talansi, ce livre porte un titre sans équivoque : « Mes  années radio-télé ». G.J.Gabio se présente devant le tribunal de L’Histoire pour livrer sa version des faits. Un regard pour la postérité. Mais surtout un témoignage  et  un morceau de L’Histoire congolaise. Du reste, l’Histoire d’un pays n’est-elle pas,  dans sa globalité, la somme de nos petites histoires ?  Il raconte ses années d’apprentissages, de stages, d’animateur, de journaliste ou de reporter sportif. Il n’oublie pas  le point de vue du dirigeant de la  « maison »  qu’il fut au Service des sports, à la Rédaction du journal  ou à  la Direction de la radio, etc.  Des expériences racontées pour donner aux nouvelles générations de quoi s’inspirer en matière de rigueur et  de professionnalisme.

Certes, nul ne peut avoir le monopole de la vérité et du savoir-faire, mais il se trouve que quelques valeurs fondamentales liées à la déontologie, à l’exercice du  métier ou au recrutement des journalistes ont été souvent piétinées, voire hermétiquement enfermées dans les placards de la Radio et de la Télévision. Qu’importe son nom : Gabio ou Bisset, Odzoki ou Massengo, Henri Pangui ou Jean Bruno, etc. ce qui comptait avant tout, c’était l’exigence de la compétence.

Aujourd’hui, que de présentateurs à la Télé ne le sont devenus  que  sur des critères douteux ! On s’étonne alors du niveau d’instruction de certains présentateurs. Un doctorat en linguistique n’est pas nécessaire pour comprendre que la langue française est une langue accentuée : si on lit l’expression « Président de la République »  en « avalant » les accents aigus, tout change évidemment. Et là, on est dans le b.a.-ba de l’apprentissage du français.

Des lacunes de cette ampleur, la Télévision congolaise les diffuse dans le monde entier aujourd’hui. Qu’attend-on en réalité d’un présentateur ? Un niveau d’études correct, un propos clair dans une voix audible doublée d’une bonne élocution, une bonne culture générale et la capacité d’improviser, le cas échéant.

Or notre pays souffre d’une pathologie qui a pour nom « le cas ». C’est la  maladie de la médiocrité. Elle a pris racine de façon inquiétante. Ceux qui en souffrent devraient être éloignés d’un poste de responsabilité.  Jamais ils ne choisiraient les meilleurs car ceux-ci leur sont allergiques.  Aujourd’hui, aucune télé n’échappe au regard de la planète entière. Des concours de la meilleure Télévision d’Afrique vont bientôt apparaître. Avons-nous les moyens de rivaliser ?

En attendant, conclu Marc Talansi, soyez remercié, cher G.J. Gabio, pour cette nouvelle contribution, aussi précieuse que les précédentes, mais je veux  aussi vous remercier  pour avoir ouvert le chemin d’une petite place au soleil à beaucoup d’entre nous.

Notons que Ghislain Joseph Gabio est né en 1945 à Kinkala, en République du Congo. Il a été directeur à la Radio et à la Télévision  du Congo et directeur de cabinet du ministre de la communication. A son palmarès quatre ouvrages aux éditions l’Harmattan :

1- Le handball féminin au Congo-Brazzaville ( Les grandes dames des Diables Rouges) 2- Bahamboula Mbemba “Tostao”, la perle du football congolais  3 –  La véritable histoire du football congolais  4 – Mes années de Radio Télé à la Radiodiffusion Congolaise (1965-2001)”

Clément Ossinondé

LAISSER UN COMMENTAIRE