Le Forum des Gens des Lettres au camarade Isidore Mvouba, Président de l’Assemblée nationale

4
1003
M. Isidore Mvouba: Président de l'Assemblée nationale.

Le Forum des Gens des Lettres adresse ses vives félicitations au camarade Isidore Mvouba pour avoir été élu au poste de Président de l’Assemblée nationale ce samedi 19 août 2017.

Mais qui est Isidore Mvouba ?

Le camarade Isidore Mvouba, éminent homme politique de notre pays n’est plus à présenter tant qu’il a un parcours politique élogieux qui montre son nationalisme et sa fidélité politique au PCT (Parti Congolais du Travail).

Isidore Mvouba est né à Kindamba (département du Pool) en 1949. Etudes primaires à la Petite Ecole de Ouenzé puis à la Grande Ecole Officielle, aujourd’hui Leyet Gaboka. Le CEPE lui ouvre les portes de l’enseignement secondaire dans les années 60 et 70. Au lycée, il suit un cursus atypique qu’il se propose pour être complet au niveau du secondaire. C’est le lycée Savorgnan de Brazza qui le reçoit en Classe de Seconde C qu’il aborde sans problème et choisit une année après la Première D, les mathématiques de la Seconde C et les sciences exactes de la Première D sont complétées par une culture littéraire et philosophique qu’il reçoit en classe de Terminale A4. Avec son BAC A4 qui dilué dans sa formation mathématico-scientifiques, il aborde sans difficulté aucune sa formation d’ingénieur des Chemins de fer à Moscou au cours des années 1970.

Membre dirigeant du Parti Congolais du Travail depuis le milieu des années 1980, fidèle de l’actuel président Denis Sassou-NGuesso, il a été ministre des Transports de 1999 à 2002, puis ministre d’État, ministre des Transports et des privatisations, chargé de la coordination de l’action gouvernementale de 2002 à 2005, et enfin Premier ministre depuis le 7 janvier 2005.

Gouvernement du 15 septembre 2009 (remanié le 17 août 2011, le 12 décembre 2011 et le 25 septembre 2012) : Ministre d’État, ministre du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé.

Souvent présent au cours des manifestations culturelles et grand amateur du livre, il s’est fait toujours remarqué par le Forum des Gens de Lettres au cours de ces dernières années. Aussi pour son élévation au poste de Président de l’Assemblée nationale de notre pays, les amis du Forum des Gens des Lettres qui l’ont agréablement accueilli le samedi 5 août 2017 dans la salle de conférence du ministère de la Culture et des Arts, à la dernière manifestation culturelle du Forum à la présentation du livre de notre doyen, le critique, poète et romancier Noël Kodia-Ramata, ne pouvaient être indifférents envers cet éminent homme politique dont le penchant pour la culture peut se définir comme un de ses violons d’Ingres.

Les amis du Forum des Gens des Lettres (Brazzaville)

M. Isidore Mvouba pendant la présentation du livre de Noël Kodia-Ramata

4 Commentaires

  1. A natouba françois crépin:
    Nous sommes de la même génération et tous deux enfants ayant grandi dans la poussière de Ouenzé, de l’école primaire au secondaire. C’est après le Bac que nos chemins ont divergé pour se retrouver plusieurs années après nos études supérieures.

  2. Je crois que l’utopie est devenue une véritable une sclérose dans la mentalité de certains congolais; je ne vois pas en quoi M.MVOUBA serait  » un imminent homme politique du Congo » je vous cite …

    j’y ai vécu jusqu’à l’âge de 22 ans et, ce monsieur au regard même des fonctions politiques successivement occupées n’a jamais été ni le moteur du tissu économique délabré actuel du Congo; n’a aidé ou a promulgué une loi facilitant le climat des affaires du pays etc…Ce n’es pas parce qu’en est à la botte par tous les temps; à 68 ans du président actuel que l’on est du « qualificatif « que vous initiez; je crois que l’intellectuel de ce siècle tourmenté est d’abord impartial; ni griot, ni un lécheur de botte patenté.

    Mon pays qui est aussi le votre et, c’est en cela que je respecte votre opinion, sans la partager, a besoin d’Hommes nouveaux; travailleur et humbles.
    Cordialement.
    La ligue des incorruptibles.

  3. A Cédric L.
    Un « qualificatif » est souvent subjectif comme dans toute oeuvre critique. Vous avez peut-être raison d’avoir tord comme j’aurai tord d’avoir raison pour avoir qualifié Isidore Mvouba « d’éminent » et « d’imminent »comme vous semblez le dire. Merci de la contribution et comme tu as su bien le dire, notre pays a besoin d’Hommes nouveaux, travailleurs et humbles.
    Cordialement et amicalement depuis mon Ouenzé natal.

LAISSER UN COMMENTAIRE