Le Festival de cinéma africain de Tarifa et Tanger fête ses 15 ans

Le FCAT 2018 aura lieu du 27 avril au 5 mai à Tarifa (Espagne) et à Tanger (Maroc)

0
707

En 2018, le Festival de cinéma africain de Tarifa et Tanger (FCAT) fête ses 15 ans d’existence. Ces années ont servi à faire du FCAT une véritable plateforme pour la diffusion du cinéma africain dans le monde hispanophone. Le festival, qui a accueilli près de 13 mille spectateurs l’année dernière, est parvenu à montrer les réalités diverses et riches du continent en suivant le regard des réalisateurs et réalisatrices africains.

Lors de l’évènement de présentation de la 15ème édition du festival qui s’est tenu à Madrid, la directrice du festival, Mane Cisneros, a annoncé que le FCAT 2018 aura lieu du 27 avril au 5 mai à Tarifa (au sud de l’Espagne) et à Tanger (Au nord du Maroc). Elle a aussi souligné que cet évènement « vient combler un vide, celui du dialogue à travers la culture entre les deux continents. Pour l’heure, nous sommes le seul festival transfrontalier et transcontinental ayant lieu simultanément en Europe et en Afrique. »

Le maire de Tarifa, Francisco Ruiz, qui considère la culture comme « le meilleur outil » pour le dialogue, a affirmé que « quinze ans ne sont pas suffisants pour changer des comportements sociaux, mais ce festival est un très bon départ pour commencer à nous rapprocher les uns des autres, d’un côté et de l’autre du Détroit [de Gibraltar]. »

L’affiche officielle de l’édition 2018 du FCAT, dévoilée pendant la présentation, lance un appel vigoureux pour que les artistes espagnols noirs du cinéma, des arts de la scène et de la musique soient plus et mieux représentés dans les circuits d’Espagne. Parmi ces artistes se trouve l’acteur espagnol Emilio Buale, protagoniste de l’affiche officielle du FCAT 2018, qui a commencé sa carrière en 1996 dans le long-métrage d’Imanol Uribe Bwana. L’affiche fait aussi allusion à l’effort de la part de l’équipe du festival qui travaille pendant toute l’année pour multiplier la portée des productions cinématographiques africaines. Selon Mane Cisneros, « le Festival est devenu une école pour experts en cinéma africain en Espagne. »

Le cinéma des afro-descendants espagnols fera l’objet de débat pendant « l’Arbre à palabres », un des évènements parallèles du festival, qui offre aux journalistes, au public et aux invités du festival un moment pour dialoguer et poser des questions. Organisé depuis six éditions, l’évènement bénéficie du soutien du programme ACERCA de l’Agence espagnole de coopération pour le développement (AECID). Cette année, l’Arbre à palabres offrira un espace pour la rencontre, le partage de connaissances et de points de vue entre les acteurs et les professionnels du cinéma venus d’Afrique et ceux de la diaspora basés en Espagne, France, Italie, Royaume Uni et Portugal. L’objectif de cette rencontre est de créer des réseaux qui puissent mener à des projets conjoints entre les deux continents.

Lors de l’Arbre à palabres, la complexité de l’industrie du film et de ses différentes réalités fera l’objet d’un débat entre différents réalisateurs tels que Fred Kudjo Kuwornu (Italie-Ghana), Santiago Zannou (Espagne-Bénin) et Newton Aduaka (Royaume Uni-Nigeria) et les acteurs et actrices Iris Peynado (Italie-République dominicaine), Ângelo Torres (Portugal-Guinée Bissau), Armando Buika (Espagne-Guinée équatoriale) et Emilio Buale (Espagne-Guinée équatoriale), entre autres. La poésie, le théâtre et une performance de flamenco contemporaine de Yinka Esi Graves (Royaume Uni-Ghana) mettront la touche finale à l’évènement.

D’autre part, le FCAT 2018 consacrera une rétrospective au réalisateur marocain historique Ahmad Bouanani (1938-2011), né à Casablanca et ayant fait des études en cinéma à l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC) de Paris. Bouanani s’est distingué pour bien d’autres rôles au-delà de la réalisation ; il a été monteur, scénariste, poète et dessinateur. Cette rétrospective fut présentée pour la première fois à la Berlinale en 2017.

L’évènement de présentation a démarré avec un concert de Biselé, une chanteuse d’origine guinéenne, née aux Îles canaries. Son nom de scène correspond au nom du groupe ethnique auquel appartient sa mère. Elle apportera une touche de fusion en offrant au public du festival un concert acoustique qui combine le jazz, le flamenco et la musique guinéenne.

Le programme complet du FCAT 2018 ainsi que les films en compétition seront disponibles au début de ce mois d’avril (www.fcat.es/fr).

LAISSER UN COMMENTAIRE