M. Gervais Hugues Ondaye, Commissaire général du Festival Panafricain de Musique (FESPAM).

Le Commissaire général du Festival Panafricain de Musique (FESPAM), M. Gervais Hugues Ondaye a fixé, le 15 février 2017 à Brazzaville, qu’il faut être en activité ; avoir en actif une production discographique pour les professionnels et une maquette pour les amateurs ; produire un spectacle en live, en semi live et en playback ; produire un dossier de présentation ; une fiche technique ; un CD ou DVD ; une photographie de scène ; un plan de scène et un répertoire, pour espérer  participer au festival.

Il a fait cette annonce au cours d’une communication à l’attention des artistes, tout domaine confondu ajoutant qu’il ne peut pas être possible de programmer un ensemble artistique sans le connaitre. Il a mentionné que le Fespam a la mission de vendre les groupes et c’est sur la base d’un dossier que le tourneur produira un groupe soulignant que le Fespam est l’intermédiaire entre les artistes et les tourneurs.

Il a d’entrée de jeu fait un rappel historique de cet événement qui rassemble à Brazzaville des artistes du monde à une date. Il a ensuite abordé la question de l’état des lieux de cette institution qu’il dirige, des réformes en cours et d programme de la 11ème édition de ce festival.

Des sites retenus

Gervais Hugues Ondaye a déroulé les différents sites choisis pour abriter l’événement tout en indiquant que le Fespam est un événement populaire.  Il s’agit du Centre International des Conférences de Kintélé pour la cérémonie d’ouverture ; le stade Alphonse Kitombo à Madibou dans le 8ème arrondissement ; l’échangeur à l’entrée du Viaduc à Talangaï et le stade Gothia à Mfilou.

Pour les spectacles de nuit, l’ambiance sera du côté de l’avenue André Grenard Matsoua à Bacongo ; le stade Félix Eboué ; l’esplanade de CNRTV ; l’Institut Français du Congo (IFC) et le Palais du Parlement.

Il a cependant précisé que les artistes désireux de se produire sur tous les sites pour des questions de promotion personnelle, pourront en faire la demande.

Des réformes     

Abordant la question des réformes, Le Commissaire général du Festival Panafricain de Musique a indiqué l’existence de codes artistique et scientifique. Le code artistique qui repose sur quatre pages, est le document qui, selon lui, vient régler le problème de la sélection et du passage au Fespam, la catégorisation des artistes, la programmation et le cachet financier des artistes.

Ce document classe les artistes par catégories. C’est ainsi qu’on a entendu le Commissaire général du Festival Panafricain de Musique parler des mégas stars ; des stars ordinaires, des professionnels confirmés et des amateurs.

Gervais Hugues Ondaye a fait savoir qu’aucun artiste ne sera sélectionné deux de suite. Il martelé que qu’on ne peut fidéliser un public sur un standard donné, ce qui ne peut permettre aux jeunes artistes  d’évoluer. Il a ensuite précisé qu’on vient au Fespam pour développer la carrière.

Abordant le problème de cachet financier qui fait couler des tonnes de salive depuis des années, il a affirmé que son institution paye les droits d’auteurs en termes d’exécution des œuvres en public.  Selon lui, la clef de répartition s’applique sur le nombre de morceaux joué pendant le spectacle. Ce qui est à l’avantage des artistes et les supports fournis sont conservés dans les archives du Fespam et qui seront logés sur le site presque prêt de la structure.

Il a invité les artistes à penser à mettre à la disposition du public au moins une chanson sur le thème de l’édition avec comme support, un instrument traditionnel. A cet effet, un concours sera organisé par l’Union africaine.

Des activités en marge des spectacles

En marge des spectacles, plusieurs autres activités auront lieu dans la ville. Il s’agit du symposium, du Musaf, de l’exposition des instruments traditionnels ; d’une journée d’hommage à l’artiste Wemba récemment décédé en Côte d’Ivoire en compagnie des sapeurs et la cérémonie de décoration du Grand Prix de la sagesse Bantoue.

Des projets en cours    

Le Commissaire général du Festival Panafricain de Musique a également annoncé que des projets sont en cours, notamment, la création d’un siteweb qui logera toutes les informations sur les industries culturelles de chaque pays. Il est aussi prévu l’ouverture d’une radio du Fespam qui consacrera son temps d’antenne sur la musique et l’économie de la musique. Une formation sous régionale des managers et des techniciens de son en partenariat avec l’O.I.F est également en cours de préparation.

Il a précisé que cette organisation internationale a déjà fait parvenir sa contribution au Fespam et que les regards sont en ce moment tournés vers la partie congolaise en attente. Une trentaine de dossiers ont déjà été déposée par des techniciens intéressés par cette formation.

LAISSER UN COMMENTAIRE