Essoufflement de la croissance mondiale au deuxième trimestre 2019

0
418

Au deuxième trimestre 2019, le contexte international aurait été marqué par une accentuation des tensions commerciales et des risques protectionnistes, des politiques monétaires accommodantes de la FED, de la BCE et de la Chine et un ralentissement du commerce mondial, constate le Haut-commissariat au plan.

Dans les pays avancés, l’activité économique aurait évolué moins favorablement et la croissance aurait atteint +1,2% en rythme annualisé, au lieu de +2,8% un an auparavant, relève l’organisme marocain chargé de la production, de l’analyse et de la publication des statistiques officielles au Royaume.

En zone euro, malgré les mesures de soutien budgétaire, la croissance aurait ralenti à 1,2%, pâtissant de la contribution négative du commerce extérieur.

Quant à la croissance aux Etats-Unis aurait, elle a bénéficié de la bonne orientation de la consommation privée et publique, mais aurait été pénalisée par la baisse des exportations et de l’investissement privé, pour se situer à 1,6%, note le HCP dans une note publiée récemment et dont la Rédaction de Pagesafrik a eu copie.

Dans les pays émergents, poursuit le HCP, l’activité en Chine aurait profité du bon comportement de la demande intérieure, favorisé par les mesures de politiques budgétaires, monétaires et réglementaires mises en place dans un contexte d’exacerbation des conflits commerciaux avec les Etats-Unis.

S’agissant de la Russie et du Brésil, il apparaît que les pressions inflationnistes et le ralentissement du commerce mondial auraient pesé sur leur croissance, alors qu’en Turquie la croissance se serait stabilisée et l’inflation aurait cessé d’augmenter sous l’effet d’une légère appréciation de la livre turque.

A noter que, sur le marché des matières premières énergétiques, le cours du brent aurait augmenté au deuxième trimestre 2019, pour s’établir à 68$/baril, au lieu de 63$/baril au premier trimestre 2019.

Dans sa note, le HCP indique que la hausse de la demande mondiale énergétique au deuxième trimestre 2019 alimentée par celle des Etats-Unis, de la Chine et de l’Europe aurait fait face à une offre mondiale en retrait du fait de la réduction de la production des principaux pays membres de l’OPEP, après l’entrée en vigueur du nouvel accord de réduction des quotas en janvier.

Les prix des autres matières premières industrielles, notamment ceux du fer et des débris d’acier, auraient, également, poursuivi leur hausse, dans le sillage d’une baisse de l’offre, fait savoir l’organisme. Alors que ceux des céréales, en particulier le blé tendre et le blé dur, auraient, à l’inverse, reflué.

Dans ces conditions, conclut le HCP, l’inflation aurait atteint +1,9% aux Etats-Unis et +1,5% en zone euro au deuxième trimestre 2019, au lieu de +2,7% et +1,7%, respectivement, un an auparavant.

Adrien Thyg avec CP

LAISSER UN COMMENTAIRE