Environnement : L’acte de naissance du Fonds Bleu du Bassin du Congo signé à Oyo

0
535

Les ministres venus de huit pays membres du Bassin du Congo, à savoir, l’Angola, le Burundi, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, la RCA, le Gabon, le Rwanda et le Tchad ainsi que celui du Maroc, ont procédé, le 9 mars à Oyo dans le département de la cuvette situé à plus de 400 km, au nord de Brazzaville, à la signature d’un mémorandum d’accord portant création du Fonds Bleu du Bassin du Congo.

Le but de ce fond qui compte 13 articles est la préservation des forêts de cette zone. Il a été signé sous le patronage des présidents congolais Denis Sassou N’Guesso, et togolais Faure Gnassingbé Eyadema en présence des anciens présidents du Nigéria Olusegun Obasanjo et d’Alpha Omar Konaré du Mali et de plusieurs hautes personnalités du Système des Nations Unies et de la Fondation de Brazzaville.

Par cet accord, les pays membres du Bassin du Congo, ont réaffirmé l’engagement des chefs d’Etat et des gouvernements des pays de cette zone, à œuvrer pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestier de cet espace géographique, exprimé à l’issue du sommet de Yaoundé le 17 mars 1999 et réitéré lors du 2ème sommet ,tenu le 5 février à Brazzaville.

Cette marche vers la mise en œuvre de cette initiative, de l’avis de tous, contribuera à la diversification de l’économie et du développement durable des forêts de cette sous -région aux énormes potentialités.

Des subventions financières de 100 millions d’euros (plus de 65 milliards de francs CFA).

Ce fonds promeut la valorisation des plans d’eau qui sont d’une grande utilité dans la production de l’hydroélectricité, l’approvisionnement en eau potable des populations, la pratique de l’aquaculture et l’irrigation de l’agriculture, ainsi que l’assainissement des cours d’eau.

L’initiative du Fonds bleu pour le Bassin du Congo prévoit des subventions financières renouvelables, chaque année, à hauteur de 100 millions d’euros, soit plus de 65 milliards de francs CFA.

Il est également précisé que le Fonds bleu jouira d’une indépendance financière et de gestion. Les fonds de départ seront constitués par les contributions volontaires des pays signataires, des donateurs et autres bailleurs de fonds.

Il s’inscrira dans le concept de «l’Economie bleue », défini par la Commission Economique des Nations Unies (CEA) pour l’Afrique en ces termes : « L’économie bleue concerne toutes les étendues d’eau, y compris les lacs, les cours d’eau et les nappes souterraines, sans oublier les mers et les côtes. Il devra jouer un rôle essentiel dans la promotion de l’économie bleue dans le Bassin du Congo, en vue de la croissance économique et du développement durables et du bien-être des populations.

La création du Fonds bleu pour le Bassin du Congo a été annoncée le 17 novembre 2016 par le Président congolais, Denis Sassou N’Guesso, en marge des travaux de la COP22 à Marrakech, au Maroc.

Il s’inscrira dans le concept de «l’Economie bleue », défini par la Commission Economique des Nations Unies (CEA) pour l’Afrique en ces termes : « L’économie bleue concerne toutes les étendues d’eau, y compris les lacs, les cours d’eau et les nappes souterraines, sans oublier les mers et les côtes.

LAISSER UN COMMENTAIRE