En RD-Congo, le clan Kabila ne lâche pas le pouvoir

0
357
Le 31 octobre, la députée et sœur jumelle de l’ex-chef de l’État, Jaynet Kabila, a été élue à la tête de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale.

Les proches de l’ancien président Joseph Kabila, à commencer par sa sœur jumelle Jaynet, occupent désormais les principales présidences de commission de l’Assemblée nationale. Le PPRD, parti de l’ex chef de l’État, ne cache plus désormais son intention de revenir dans la course pour la présidentielle de 2023.

« Dans la vie comme en politique, je n’exclus rien. » Maintes fois, alors qu’il était encore au pouvoir, l’ancien président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila avait eu l’occasion de prononcer cette petite phrase laissant augurer qu’il ne disparaîtrait jamais complètement de la scène politique nationale. Même une fois avoir passé la main, et malgré son poste confortable de « sénateur à vie », octroyé par lui-même et son successeur à tous les anciens présidents, et donc à sa propre personne.

Sorti par la fenêtre en début d’année 2019 après la victoire de son principal opposant, Félix Tshisekedi, l’ancien président congolais (2001-2018) est de retour par la porte dans ce pays gigantesque d’Afrique centrale.

Dernier signe en date de cette mainmise de son clan : le 31 octobre, la députée et sœur jumelle de l’ex-chef de l’État, Jaynet Kabila, a été élue à la tête de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale.

Lire la suite sur La-croix.com

LAISSER UN COMMENTAIRE