Elections législatives et locales : Des recommandations aux organisateurs

0
504
Les observateurs

La mission conjointe d’observation a formulé, le 18 juillet 2017 à Brazzaville, quelques recommandations au gouvernement, à l’administration électorale, aux partis politiques et à la société civile de prendre des mesures politiques fortes de décrispation favorables à la reprise du dialogue entre pouvoir et opposition ; d’envisager la mise en place d’un fichier électoral national unique, fiable et consensuel et de renforcer les conditions de participation des femmes et des jeunes à tous les niveaux de décision en prenant et en mettant en œuvre les textes et autres mesures d’application en la matière.
Ils ont fait ces recommandations au cours d’une conférence de presse au cours de laquelle ils affirmé avoir constaté  des  faiblesses dans l’organisation des élections législatives et locales du 16 juillet 2017 tout en, reconnaissant qu’elles se sont déroulées dans le calme
dans plusieurs circonscriptions.
Ils ont reconnu par ailleurs que le personnel électoral n’a pas respecté la procédure de dépouillement. Ils ont également noté l’absence de l’éclairage dans plusieurs bureaux de vote. Ils ont aussi fait savoir que le personnel électoral congolais accusait encore quelques faiblesses dans l’orientation des électeurs.
Ils ont déploré la fermeture à temps des bureaux de vote. Ils ont aussi abordé  le problème de cas de violences constatés dans certains districts, notamment à Ewo, Kellé où l’élection est annulée et à Ollombo. Ils ont également tenu compte de la décision d’une frange de
l’opposition de ne pas avoir pris part au processus. Elle a exhorté tous les acteurs politiques au niveau national à toujours privilégier la voie du dialogue dans la résolution des différends et autres contradictions politiques, en vue de préserver la paix et la cohésion
nationale et sociale, gages du développement.
A l’administration électorale, aux partis politiques et à la société civile La mission a recommandé à l’administration électorale l’amélioration de sa méthode de communication sur le processus électoral par la mise en ligne d’un site relayant l’ensemble des informations pertinentes et des textes relatifs aux opérations électorales ; d’accorder davantage de temps au renforcement de la formation du personnel électoral ; de doter le personnel électoral de signes distinctifs permettant de les identifier par rapport aux autres personnes présentes dans les bureaux de vote ; de mettre à la disposition des bureaux de vote des scellés pour les urnes ; d’améliorer les conditions de distribution des cartes d’électeurs.
En ce qui concerne les partis politiques, la mission a exigé le recours aux voies légales pour le règlement de tout différend électoral ; de préserver un climat de paix favorable à la
participation citoyenne au processus électoral et renforcer la formation de leurs délégués dans les bureaux de vote afin de les rendre plus efficaces et pro-actifs.
A l’égard de la société civile, la mission a recommandé de prendre une part active au processus électoral par le déploiement d’observateurs et la sensibilisation des populations. Au-delà des élections, elle souhaite que la société civile développe une stratégie d’éducation à la paix et de prévention des conflits.

LAISSER UN COMMENTAIRE