ECRIVAINES CONGOLAISES. Un destin brisé1 de Prestige Itsoukou : un roman d’amour

0
600

Un milieu étudiant où Dora et Grace vont se faire remarquer comme principaux personnages du roman, leurs destins étant liés du début jusqu’à la fin du récit. Et tout commence à partir de leur première année de la fac de médecine au  sein d’un groupe de quinze étudiants qui constituent leur groupe de travail.

Malgré ses sentiments pour un certain Luca, Dora finit par s’intéresser à Grace qui aurait une relation à la fac de droit. Aussi l’amitié qui naît entre Dora et Grace se transforme en amour malgré quelques petits problèmes qui accompagnent souvent l’idylle de jeunesse, la fille se sentant parfois trahie par le garçon. Cet amour prend un autre tournant quand Dora voyage pour l’Ukraine sur décision de son père pour ses études et qu’une année après Grace aura pour destination la Belgique pour la même raison. Mais cette séparation involontaire des deux amoureux les empêche de vivre ensemble à l’étranger au cours de leurs études. N’étant pas dans la même ville, la séparation porte un coup fatal à leur amour. Dora est séduite par d’autres garçons qui vont abuser d’elle, tandis que Grace, déçu par l’attitude de l’autre, se voit obligé de tomber dans les bras d’une autre fille. Avec cette dernière, la vie n’est pas en rose. Et quand il revient en vacances au pays, il retrouve Dora déjà de retour après la fin de ses études en Ukraine. Les deux jeunes gens essaient de rallumer la flamme de leur amour de jeunesse, mais tout ne sera pas comme le souhaitait Grace. Dora ne veut pas trahir son nouvel amour dont elle porte en elle son futur bébé. Aussi, leurs destins se séparent quand le garçon reprend l’avion pour repartir en Belgique.

Grace, un séducteur malgré lui

Grace, c’est le véritable amour de Dora qui se brise devant la naïveté de la jeunesse et du temps. Malgré les aléas de l’amour confronté aux caprices des sentiments, il aime Dora jusqu’à la dérive définitive de leur amour. Il reprendra l’avion pour la Belgique et comprendra quelque temps après la véritable raison du désistement de Dora : « Grace s’envola pour la Belgique (…). Et apprit à travers des amis que Dora était enceinte et donna naissance à une fille plus tard » (p.130).   Mais le Don Juan Grace a commencé ses conquêtes sur les bancs de l’université. Déjà étudiant en médecine, ces amis affirment qu’il a une copine en fac de droit : « (…) on demandait à Grace comment allait sa femme qui était en fac de droit » (p.16). L’université, un milieu où les flirts sont monnaie courante : Christelle tombe sous le charme d’un certain Ange. L’université, un milieu où tous les garçons voudraient une relation pour se faire remarquer. De tous les garçons de la fac  qui s’intéressent à Dora, c’est Grace qui va se montrer amoureux d’elle par son comportement : « Il n’hésitait pas à s’intéresser à elle pendant les pauses, lui proposait toujours de manger avec lui, ou l’accompagner jusqu’à l’arrêt du bus » (p.16).  Au cours de cette année académique, l’amour explicite du garçon interpelle l’amour implicite et sournois de la fille et les deux jeunes gens vont vivre les caprices d’un amour de jeunesse jusqu’au voyage de Dora pour l’Ukraine. Quand à son tour, Grace est envoyé en Belgique par sa mère pour poursuivre ses études, il est toujours en relation avec Dora. L’amour à distance ne peut résister devant l’appétit sexuel : Dora tombe dans les bras de Rolf et se voit partagée entre ce dernier et Grace, et il faut choisir. Aussi décide-t-elle de laisser tomber Grace à cause de son nonchalance dans leur correspondance et en plus, il est loin d’elle. Le malheureux garçon tombe dans le désespoir provoqué par cette rupture. Pour éviter qu’il ne sombre dans cet enfer provoqué par le départ de Dora, son meilleur ami lui « envoie » Nadia avec qui il passe quelques bons moments pour « oublier Dora sans pour autant l’oublier » : « Tout se passait bien (…) mais au moment où tout l’adrénaline semblait les mener au 7ème ciel, il chuchota « oui Dora » (…) Dora laisse moi encore dormir un peu (pp.100-101). Jamais il ne pourra trouver l’image de sa Dora à travers toutes ses nouvelles conquêtes : « (…) il se plaignait toujours d’un truc et quand il était en colère, il prononçait toujours le prénom de Dora par reflexe… Après Nadia, il eut Dardelle, Samuella, mais les choses se terminèrent aussi vite qu’elles avaient commencé… » (p.101).

Dora : l’amour au pluriel

C’est la fille qui apparait du début à la fin de ce récit à rebondissements sentimentaux. Et elle connait malgré elle beaucoup d’hommes au cours de sa vie d’étudiante. En fac de médecine, elle s’intéresse à Luca, un ami d’enfance et devient pour ses collègues étudiants, excepté Ange qui flirte avec sa cousine Christelle, un trophée qu’il faut remporter pour faire valoir sa force masculine. Parmi ses prétendants, il y a son ami de classe Jeff qu »elle refoule avec diplomatie. C’est avec Grace que l’amitié se transforme en amour pour la première fois : « Toute la nuit, elle remua des interrogations dans sa tête sur ce garçon, sa façon d’être » (p.14). Et dans ce milieu estudiantin, Grace est son véritable premier amour avant son voyage pour l’Ukraine. La plage sera le témoin de leurs premiers ébats sexuels : « Ils s’embrassèrent tout en s’enlaçant sur cette plage déserte (…). Faire l’amour sur une plage déserte est l’une des meilleurs expériences » (pp.69-70). Ayant déjà goûté les plaisirs du sexe, elle ne va pas s’en passer quand, en Ukraine loin de son amoureux Grace en Belgique, elle est séduite par un jeune compatriote Rolf. Partagée entre Grace et Rolf, elle choisit ce dernier car « elle se sentait contrainte de rester avec Rolf vu qu’il avait déjà tout vu d’elle » (p.88). Quand elle décide de rompre définitivement avec Grace, sa vie sentimentale évolue en dents de scie. Il se sépare de Rolf, arrive à envoyer un message de compassion à Grace dont elle a retrouvé le contact à travers les réseaux sociaux. De nouveau, ils renouent après s’être révéler leurs souffrances mutuelles consécutives aux aventures sentimentales qu’ils ont connues chacun de son côté. Mais bon an, mal an, Dora sera à la merci de plusieurs hommes car libre de tout engagement : « Depuis la rupture de Dora avec Rolf, il y avait plusieurs dragueurs parce qu’elle était officiellement libre » (pp.118-119). De tous les prétendants, aucun ne va réellement la séduire sauf Michael avec qui elle va vivre, même si, à un certain temps, elle se sent trahi par ce dernier. Dora aura de la peine à supporter cette trahison, la nouvelle conquête de Michael étant une fille « qui [a eu] des aventures avec la plus grande partie de la gente masculine » (p.171). Malgré son amour pour Grace, elle ne peut que rester avec  Michael, le père de l’enfant qu’elle porte en elle. Et Grace, de retour pour la Belgique, « [apprend] à travers des amis que Dora était enceinte et donna naissance à une fille plus tard » (p.130).

Un destin brisé : un roman sur fond d’érotisme

Voici un roman d’amour où les jeunes expriment ouvertement leurs sentiments. L’amour poussé vers l’érotisme souvent rare dans le récit congolais, éclate ici sans fausse honte, donnant au roman une autre couleur-sexe. Dora apparait dans cette situation, d’abord avec Grace : « Des baisers langoureux à la position du missionnaire à celle du lotus » (p.70) et puis avec  Rolf quelque temps après : « Dora l’embrassa (…) elle se laissa aller tellement ça faisait longtemps, mais une fois l’acte accompli, elle ne se sentait pas mieux » (p.87). Dora et Grace : un trajet événementiel qui va de l’amitié sincère à l’amour trahi.

Ce récit sentimental rappelle le roman Le plus vieux métier du monde de Florence Lina Bamona-Mouissou qui met aussi l’amour en exergue. Dans ces deux textes, on remarque une touche érotique qui donne une autre saveur à l’amour que les héroïnes vivent avec leurs partenaires. L’érotisme, une peinture que les deux écrivaines congolaises réalisent sans pudeur.

1 Prestige Itsoukou, Un Destin brisé, éd. LMI, 2014, Pointe-Noire (Congo)

LAISSER UN COMMENTAIRE