Economie. «Tout agent atteint par l’âge de la retraite sera effectivement mis à la retraite»

0
4834
Le Ministre Gilbert Ondongo

Le Ministre d’Etat, Ministre congolais de l’économie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration, M. Gilbert Ondongo a annoncé le 30 octobre 2014 à Brazzaville que tout agent ayant atteint l’âge légal de la retraite sera effectivement mis en position de retraite sans possibilité de dérogation.

M. Ondongo a fait cette annonce au cours de la présentation du projet de budget exercice 2015 devant les membres de l’assemblée nationale. Ce budget exercice 2015 qui connaît une baisse de 07,5% par rapport au budget réajusté en 2014, présenterait aussi un excédent de 186 milliards 804 millions de FCFA. Il est évalué en recettes à la somme de 3 639 834 millions FCFA et en dépenses à 3 421 633 millions FCFA alors que l’épargne budgétaire est proposée à 146 804 millions FCFA 4.132 milliards de francs CFA et en dépenses à 2.957 milliards de francs CFA.
Les recettes pétrolières sur lesquelles le Congo repose et qui constituent lus de 90% du budget sont attendues à hauteur de 104 millions de barils soient 2 201 834 millions FCFA. A elles, s’ajoutent 920 milliards FCFA de recettes fiscalo-douanières pendant que les impôts et les taxes douanières sont projetées pour apporter dans l’assiette la bagatelle de 210 milliards FCFA en 2015.
Pour le ministre Ondongo, les recettes du budget seront affectées au financement des dépenses d’investissements à hauteur de 2 083 milliards FCFA 2015 pendant que les dépenses de fonctionnement seront de 1 338 133 milliards FCFA. Il a en outre précisé que 500 milliards FCFA seront engagés pour le paiement des salaires des agents de l’Etat et autres organismes publics.
Pour le ministre d’Etat, la politique de mise en œuvre d’élargissement de l’assiette fiscale, de meilleur contrôle des contribuables et de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale justifie cette prévision » avant d’ajouter que «l’extension du guichet unique de dédouanement aux principaux bureaux de douanes aidera à encaisser plus de recettes».
Il a à cet effet abordé la question des nombreuses exonérations qui pourraient contribuer à élever le niveau de la dépense fiscale. C’est en effet pour mieux contrôler la gestion de ce budget que le ministre Ondongo a mis des balises. Il s’agit de la mise à la retraite sans prorogation des agents ayant atteint l’âge de la retraite, d’aucun recrutement dans un organisme financé par l’Etat sans l’accord du ministère qu’il dirige, de recrutements prioritairement à la fonction publique des étudiants sortis des écoles de formation professionnelle et des facultés publiques dans lesquelles l’accès est conditionné par l’admission au concours d’entrée.
Il a ajouté que le concours d’entrée à la Fonction publique sera systématiquement organisé pour les autres candidats en fonction des postes à pourvoir disponibles.Des modifications substantielles
Outre les problèmes de gestion de cette manne budgétaire, le ministre a annoncé quelques mesures en faveur des petites et moyennes entreprises (PME) qui n’auront plus que la patente à payer pour l’impôt, perçue au profit des collectivités locales. Les revenus provenant de l’exploitation agricole ; agropastorale ; piscicole et de la pêche sont également exonérés de l’impôt. Il a indiqué que les droits d’immatriculation et de transcription des propriétés seraient forfaitaires les deux prochaines années. Ils ont été fixés par zone, variant entre un million FCFA et à 250 000 FCFA.
Ce projet de loi prévoit aussi un recouvrement de la taxe d’occupation des locaux (TOL) à la source c’est-à-dire directement prélevé sure le salaire, à saison de 1 000FCFA par mois, ce qui donnera un montant de 12 000FCFA par an. Cette taxe, a-t-il dit, sera reversé aux collectivités locales pour contribuer à l’assainissement des villes.

Promotion de l’entreprise
Pour le ministre, l’année 2015 sera celle de la promotion de l’entreprise à travers les PME et les PMI. Il a promis à cet effet que tout sera mis en œuvre pour susciter la création des entreprises en grand nombre dans toutes les branches de l’économie. Il a souligné que les entreprises existantes et celles en création seront puissamment soutenues aux fins de prospérer et de vivre longtemps.
«Les PME et les PMI doivent prendre le relais du pétrole dans la création et l’accumulation des richesses nationales», a-t-il dit tout en réitérant la promesse du gouvernement d’augmenter d’une part, la masse salariale versée aux agents de l’Etat et d’autre part, par le niveau croissant de l’emploi offert par les entreprises en création ou en augmentation de leurs capacités.
Il sied de rappeler que le budget de l’Etat pour l’exercice 2014 s’élevait en recettes à la somme de 4.132 milliards de francs CFA et en dépenses à 2.957 milliards de francs CFA avant d’être réajusté en août 2014 et fixé en recettes à la somme de 3 932 milliards 932 millions francs CFA et en dépenses à la somme de 3 647 milliards 897 millions franc FCFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE