Economie : 350 délégués au chevet de l’industrie pétrolière à Brazzaville

0
23297

La 3ème édition de la Conférence internationale et expositions sur les hydrocarbures en République du Congo (CIEHC3) s’est ouverte le 24 avril 2017 à Brazzaville sous le patronage du Premier ministre congolais, Clément Mouamba en présence du ministre des Hydrocarbures, M. Jean-Marc Thystère Tchicaya, du Directeur général de Total E&P Congo, M. Pierre Jessua et de plusieurs personnalités.

«Cette conférence sur les hydrocarbures, s’ouvre sous contexte difficile pour le secteur pétrolier qui depuis deux ans affecte les économies des pays qui n’ont pour base que cette ressource naturelle», a déclaré le Premier ministre, M. Clément Mouamba à l’ouverture des
travaux.
Les participants vont débattre pendant trois jours sur les opportunités disponibles dans les secteurs pétrolier et gazier ; les défis auxquels l’industrie pétrolière congolaise est confrontée ; les stratégies de diversification du pétrole et le développement d’autres secteurs viables. Ils ont également avoir l’opportunité d’être édifiés sur la nouvelle loi sur les hydrocarbures du Congo adoptée en août 2016. C’est une loi qui vise la création de la transparence dans l’ensemble de l’industrie qui se développe rapidement.
Des thèmes portant sur «»les champs pétroliers matures et les possibilités d’intégration de nouveaux groupes contractuels; « la création de richesse sur l’ensemble de la chaîne de valeur énergétique » ; « le financement du développement des hydrocarbures en République du Congo et l’établissement d’une industrie solide du gaz » et «le développement de la technologie du pétrole et du gaz» vont également y être abordés.
La conférence regroupe près de 350 délégués nationaux et étrangers de plus de quinze pays, principalement des Etats membres de l’Association des producteurs de pétrole africains (APPA). Elle est organisée par le ministère congolais des Hydrocarbures, en collaboration d’AME Trade Ltd, sous le thème : « L’industrie pétrolière congolaise : défis et perspectives».
Elle s’inscrit dans le cadre des évolutions majeures actuelles dans le secteur pétrolier et gazier du Congo : la mise en œuvre du nouveau code des hydrocarbures du Congo ; les résultats du dernier appel d’offres du pays ; le lancement d’un nouvel appel d’offres et la mise en production de projets majeurs comme celui de Moho Nord.
Pour le ministre des Hydrocarbures, Thystère Tchicaya, la production pétrolière du pays est sur une tendance haussière car elle est passée de 232.000 barils par jour en 2016 à 282.000 barils par jour en 2017 avec des réserves de près de 1,7 milliards de barils par jour prouvées sur les 25 années à venir.
La mise sur le marché international d’une partie des blocs libres du domaine minier congolais, dans le cadre de la promotion 2016-2017 et de la promotion 2017-2018, permettra de relancer l’exploration et de renouveler les réserves, a-t-il ajouté, tout réaffirmant l’engagement de son ministère d’appuyer et accompagner toutes les pertinentes initiatives.
La cérémonie d’ouverture de la conférence a été marquée aussi par la visite des stands des différentes entreprises opérant dans le secteur des hydrocarbures au Congo.

LAISSER UN COMMENTAIRE