DSK, Le Drian, Benguigui: les puissants réseaux de Sassou à Paris

0
370
Le Président congolais Sassou Nguesso.

Malgré le bilan calamiteux du régime congolais, un des pus riches du continent africain en pétrole, le président Sassou est extrêmement courtisé par la classe politique française.Une enquête d’Eric Laffite.

Depuis 40 ans Denis Sassou N’Guesso préside d’une main de fer aux destinées de la petite République du Congo (4 millions d’habitants).  A 72 ans, « le tyran d’Oyo », du nom de sa ville natale, s’apprête à rempiler et à briguer en 2021, un énième mandat présidentiel. Une consultation électorale tronquée comme à l’habitude. Lors de la dernière présidentielle, en 2016, deux de ses rivaux, Okombi Salissa et Jean Michel  Mokoko  ont écopé chacun de 20 ans de réclusion criminelle pour avoir remis en cause le résultat… Voilà pour de climat de la  dictature tropicale. 

Pour son malheur, le Congo-Brazza est riche, très riche en pétrole, (300 000 barils/jours). Cette manne ne profite pourtant qu’à la nomenklatura au pouvoir, soit Sassou et son clan,  et alimente des comptes secrets en Chine ou dans les paradis fiscaux  Après un demi-siècle de pourvoir, Sassou N’Guesso affiche un bilan économique et humain désastreux. Malgré l’or noir, le pays reste l’un des plus pauvres d’Afrique centrale et figure dans les classements internationaux comme l’un des plus corrompus de la planète. 

Sur le plan politique ce n’est pas plus brillant : le dernier rapport de l’Observatoire congolais des Droits de l’Homme (OCDH)  donne un éclairage saisissant des libertés dont jouissent les congolais au quotidien. 

Autant dire qu’avec de tels états de sévices, le président congolais n’est guère jugé fréquentable. Emmanuel Macron, pour l’heure lui bat froid et ne l’a toujours pas reçu publiquement. Voila pour l’affichage. Il reste que son ministre des Affaires Etrangères, Jean Yves Le Drian, qui fut à la tète du ministère de la Défense sous Hollande, possède son rond de serviette chez Sassou.

Souvenons nous que quelques semaines après avoir été licencié de son poste de chargé de mission à l’Elysée, en octobre 2019, Alexandre Benalla atterrissait en jet privé. Muni de son passeport diplomatique qu’on avait oublié de lui retirer, de son téléphone cryptée, Benalla est donc reçu, -privilège rare-  à dîner par Sassou !

Plus ou moins discrets, les messagers entre Paris et Brazzaville sont nombreux et influents.

Sassou, on l’aime !

 Le président Sassou est en réalité en coulisses l’un des hommes les plus courtisés du continent par la classe politique et l’establishment français. Gauche, droite, centre, on se bouscule pour être reçu à Mpila, le palais présidentiel. 

La plus assidue est sans contestation possible Yamina Benguigui, ministre de la Francophonie de François Hollande: « Une vraie  fan de Sassou »assure un opposant : « elle va jouer en 2015 un  rôle important dans la promotion du referendum sur la Constitution. Yamina assure en outre le lien entre Paris Alger et Brazzaville. Aujourd’hui encore,  elle est constamment fourrée à Oyo où elle s’occupe désormais de la communication écologique de Sassou, du « Fonds bleu pour le bassin du Congo» précise notre interlocuteur.

Lire la suite sur Mondafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE