Don Fadel y su “Orquesta Likembé”, tout feu tout flamme

0
422
Don Fadel.

L’Orquesta Likembé con salsa de Paris sous la direction de Don Fadel a repris ses productions détonantes dans la région parisienne. Il s’est offert un enregistrement vidéo (ci-dessous) dans laquelle, il s’illustre dans des intermèdes diverses qui se succèdent sur un rythme endiablé : un appel à son savoir faire dans le domaine de la Salsa.

Formé à l’école cubaine, le congolais Don Fadel est certainement le meilleur spécialiste de la Salsa. Il est de la même veine que le malien Boncana Maïga d’ “Africando” dont il fut le collègue au Conservatoire de la Havane. Il y a quelques années il a donné la touche salsero à “Antoinette Mouanga” de Franklin Boukaka, tout comme il a repris les anciens tubes des Bantous de la capitale : impressionnant !

L’Orquesta Likembé con salsa de Don Fadel a été créé le 04 Avril 2004 dans la région parisienne à Noisy-le-Grand, par Don Fadel, Denis Malanda et Brice Bakabadio, tous originaires du Congo-Brazzaville.

L’Orquesta Likembé con salsa veut dire le “Likembé” ou la “Sanza” congolaise dans une sauce de la salsa cubaine. Il  est composé  des musiciens et danseurs congolais, cubains, colombiens et portoricains.

A son palmarès : l’enregistrement de l’album des Bantous de la capitale “Bakola mboka” en juillet 2004 (studio Kos et Co à Paris) – Le grand concert à la Tour Eiffel en décembre 2005. – Enregistrement de l’album de l’orchestre Ayessa Musica de Brazzaville – Concert du 12 juin 2010 au Show case Champs-Elysées Clémenceau Paris sous les auspices de FEMOCA (Festival des Musiques Originaires du continent Africain).

La grande production de fin d’année 2018 à Paris, en partenariat  avec  FEMOCA s’annonce comme le laboratoire de belles audaces. La programmation fera la part belle aux musiciens afro-caribéens et congolais. Ces talents confirmés célébreront sans œillères toutes les fusions. Autant d’exploitations musicales qui amèneront le public à faire des découvertes inattendues.

Clément Ossinondé

LAISSER UN COMMENTAIRE