Congo: Deuxième session de formation de parachutistes et de plieurs par des instructeurs français

0
466

Du 2 au 14 septembre 2019, les Eléments français au Gabon (EFG) ont conduit une session de formation aux techniques aéroportées (TAP) au profit des parachutistes et de plieurs des Forces armées congolaises.

L’opération, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération opérationnelle entre les Eléments français au Gabon et les Forces armées congolaises, intervient après une première session tenue du 15 au 27 juin 2019.

« Quinze instructeurs français ont constitué le détachement d’instruction opérationnel (DIO) qui avait pour objectif de préparer les militaires au brevet de parachutiste et de former des chefs de groupe de saut, ainsi que des plieurs de parachutes, avec le soutien de l’armée de l’air congolaise », selon un communiqué publié par l’Ambassade de France au Congo.

« Après une instruction théorique de trois jours, 29 soldats du Groupement para commando (GPC) de Brazzaville et 39 du 102ème Bataillon aéroporté (BAP) de Pointe-Noire, ont accompli six sauts en automatique à partir d’hélicoptères, à 400 mètres d’altitude », indique le document.

Au cours de ces exercices, la même source affirme que les chuteurs opérationnels du GPC ont pu se perfectionner en effectuant des sauts à ouverture commandée en chute libre à plus de 3 000 mètres. Ce, grâce à la présence d’instructeurs spécialisés détachés pour cette session.

Par ailleurs, et dans le but de rendre autonome les unités aéroportées, la note explique que le DIO a formé cinq plieurs de parachutes, estimant ainsi les EFG auront participé à la formation de 140 parachutistes et de 13 plieurs au cours de cette année.

Soulignons que cette séquence de formation s’est achevée le 12 septembre par une cérémonie solennelle qui a vu les nouveaux brevetés rejoindre la grande famille des parachutistes congolais.

« A l’issue de la cérémonie, le Colonel Commandant le GPC, l’Attaché de Défense, ainsi que les instructeurs français et leurs anciens, ont remis les insignes aux nouveaux brevetés », conclue le communiqué.

Adrien Thyg

LAISSER UN COMMENTAIRE