Descente des “Diables Rouges” à Firdaous

0
322

Le collectif « Diables Rouges » qui milite pour le leadership culturel du Congo dans la région Afrique Centrale est allé à la rencontre des compatriotes congolais habitant à Firdaous, une cité populaire de Casablanca, ce Samedi 05 Avril 2014.

Avec cette première descente, l’équipe aborde ainsi une phase de terrain comptant pour la promotion de la compilation « Diable Rouge Concept », un album musical en déclinaison Hip-Hop, réunissant plus de 100 artistes congolais tous bénévoles et dont la sortie est prévue pour cet Eté 2014.

Au début de la rencontre vers 18H, quelques clips vidéo ont été projetés pour baigner l’auditoire dans l’univers musical du projet.
Le responsable de la Zone a ensuite pris la parole pour présenter les prestigieux invités. Les diablotins ont tout de suite planté le décor.
C’est Vladimir Evilenko, initiateur du projet qui a pris la parole en premier en faisant part des sentiments chaleureux qui l’animaient d’être parmi ses frères congolais. « La présence de tous ces gens ici témoigne d’un amour réel et véritable qui lie les congolais malgré leurs divergences apparentes » a-t-il déclaré.
« Sentez-vous, tout comme moi, cet Amour qui remplit cet espace ? Moi je le sens ! » a ensuite confessé celui qui, bien qu’ayant des origines russes (de son propre aveu), a son cœur au Congo. Ce qu’ayant entendu la vingtaine des compatriotes, a déchaîné un torrent d’applaudissements intarissables.
Il leur a parlé avec son cœur et les a tenus en haleine pendant plus de 15 minutes, en insistant sur la vocation culturelle du projet. Il a appelé la foule à former une grande chaîne de solidarité entre congolais partout où ils se trouvent.
Après l’allocution du premier orateur, Van Manchette, Chargé à la Communication et Porte-parole du projet a déroulé le concept et souligné à son tour que le collectif « Diables Rouges » est un mouvement d’émulation, d’émancipation et de promotion culturelle.
« Notre pays devrait produire plus de barillets de matières grises que de barils de pétrole. La matière grise est la plus importante car elle produit et contrôle les autres matières. » a-t-il lâché.
« Il faut capitaliser sur la Culture, dans le cadre de la diversité de nos richesses nationales car l’Art et la Culture vont constituer l’Economie de demain » a aussi insisté le porte-parole.
Après les deux prestations oratoires toutes deux en Français, le coordinateur, Borgeas a galvanisé la foule en s’adressant à elle en Lingala, une des langues vernaculaires du Congo pour mieux illustrer la philosophie de proximité prônée par la compilation.
Cette séance interactive de haute voltige aura été l’un des moments les plus captivants de cette rencontre où la foule rassérénée répondait en chœur comme un seul homme.
A l’appel du porte-parole, les membres du comité de pilotage se sont rassemblés, main dans la main et ont répété trois fois avec l’assistance « la défaite, jamais ! » sous les vivats de la foule.
Place ensuite à la séance questions/réponses et interviews en Français, Lingala, Munukutuba et Lari.
Puis, pour lier l’utile à l’agréable, une collation a été offerte dans une ambiance bonne enfant, avec distribution des -T-Shirts et flyers qui résument le projet.
Après cette cure émotionnelle avec leurs compatriotes, les diablotins ont quitté les lieux, sourire aux lèvres et très satisfaits de la mission.

Ces descentes de terrain qui permettent de familiariser le public avec le projet « Diables Rouges Concept » autant qu’elles suscitent de l’engagement, vont se poursuivre dans d’autres zones où se trouvent le plus de congolais. La prochaine visite se fera à Sidi Maârouf.
La vidéo de la rencontre de Firdaous sera bientôt mise en ligne.
Restez connectés ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE