Des prophéties du Pasteur congolais William

0
1228
Ouabari Mariotti - Membre de l'UPADS.

TRIBUNE. Sous le Président Pascal Lissouba, William avait également déclaré, de manière délibérée, des choses identiques à celles qu’il vient d’énoncer à propos du Président Sassou Nguesso, concernant ce qui apparait comme une forme de prolongation de son mandat à la tête de l’Etat congolais.

Ont cru, à l’époque, aux paroles opportunistes de William, ceux qui ont bien voulu croire.
L’on sait ce qui est arrivé à Lissouba, en dépit de cette prophétie tapageuse de William, sur les antennes de la télévision nationale congolaise, à une heure de grande écoute.

Au-delà de ce qu’il voudrait faire admettre comme des révélations, William génère, au nom de son église du Cèdre et de ses pratiques religieuses, de graves problèmes à ses fidèles, avec toutes les conséquences désastreuses qu’ils entraînent dans les familles et les activités de ceux ci.

Il y’a des cas où William est en procès, devant les tribunaux, suite à ses ministères, au pretexte de la foi qu’il fait partager à ses adeptes.

Le Pasteur William, se saisissant de la fragilité de ses brebis, réduits, soit par la maladie, soit par l’impossibilité d’accéder à un meilleur social ou simplement par leur propre naïveté naturelle, pour leur faire accepter la force réparatrice de Dieu par le biais de son église.
Ce qui est un crime.

Chacun pris indifféremment, le Pasteur William est loin des idéaux de justice et de vérité de Jésus, Mahomet, Bouddah et autres grands esprits, envoyés de Dieu sur la terre, pour sauver l’Homme. Encore, bien plus loin des modèles nobles et généreux de ces derniers.

La liberté de confession est une valeur reconnue. Mais elle devient une infamie, à n’en point finir, pour la société, dès lors qu’elle brise l’Homme dans ses droits, l’infantilise et en fait un objet, manipulable à bon escient, de l’église et même du Pasteur.

Nous sommes un dimanche, Jour de Dieu, selon la tradition.
De l’infini de nul part où il se trouve, que Dieu arrête le bras malfaiteur de ces Pasteurs qui n’ont, en eux, rien de Dieu.

Paris le 17 novembre 2019
Ouabari Mariotti

LAISSER UN COMMENTAIRE