Culture : Le livre audio, une planche de salut pour les déficients visuels, selon Jean Blaise Bilombo Samba.

0
547
Le Docteur-pharmacien Jean Blaise Bilombo Samba

L’Association Nationale des Déficients Visuel du Congo (ANADVC) a célébré, le 26 avril 2018 à Brazzaville, la journée internationale du livre et du droit d’auteur sous le thème ‘’Accès des aveugles et déficients visuels au livre”.

Placée sous le patronage du conseiller du Chef de l’Etat en charge de la culture, des arts et du tourisme, Mme Lydie Pongault, cette conférence visait particulièrement la recherche du désenclavement des personnes porteuses de handicap visuel afin de les ouvrir au champ de la lecture et de la culture sans aucune restriction.

A l’issue de deux communications respectivement intitulées «L’accès des aveugles et déficients visuels au livre et à la culture comme un droit fondamental de l’homme»  et “La braille comme moyen de communication”». Ces deux conférences ont été animées par le Docteur-pharmacien Jean Blaise Bilombo Samba ayant perdu la vue à plus de 60 ans d’âge et le journaliste Rostand Christel Sita l’ayant perdue à l’âge de 12 ans.

Le docteur-pharmacien Bilombo Samba a dit en substance que le livre est un impensé pour le déficient visuel. Selon lui, un aveugle peut avoir un livre en main et ne rien en savoir. Il également parlé su livre audio qui est une alternance proposée à tout public parce qu’il libère de beaucoup de contraintes.

Pour lui, le libre audio peut être utilisé partout dans un baladeur ou un autre support qui laisse la liberté de mouvement à l’utilisateur. Il a fait un plaidoyer pour la production du livre audio à l’image de l’institution Vues et Voix qui possède un studio d’enregistrement et un atelier de fabrication du livre audio.

Mme Lydie Pongault (centre), conseiller du Chef de l’Etat en charge de la culture, des arts et du tourisme.

Bilombo Samba a aussi parlé des obstacles connus et potentiels que sont l’analphabétisme, l’illettrisme et la pauvreté sans oublier la stigmatisation dans les familles où des déficients visuels sont jetés aux fonds des chambres et des couloirs. Il a également évoqué le cas de l’institution l’expérience de l’Institution Vues et Voix, autour du livre audio.

«Livre audio: une adaptation fidèle d’un texte ou livre publié au préalable et que la conférence  enregistrée, n’est pas un livre audio. Il est un moyen d’apprentissage pour tout public et un moyen vital et primordial pour les déficients visuels», a-t-il fait savoir avant de conclure que le livre audio une planche de salut pour les déficients visuels.

Intervenant sur le thème “La braille  comme moyen de communication”, le journaliste Rostand Christel Sita, journaliste et chef de section au ministère des affaires sociales, a indiqué que le braille est un des canaux qui ouvrent à la lecture et à l’écriture tactile. C’est un canal qui permet au déficient visuel d’accéder à la connaissance et à la prise de notes.

Florent Sogni Zaou

LAISSER UN COMMENTAIRE