COVID-19 Congo: pourquoi ce silence

0
437
Hervé Mahicka

TRIBUNE. Où faut-il s’informer sur la gestion du coronavirus au Congo et les dispositions gouvernementales et techniques?

Personne ne parle des conclusions de la réunion de cabinet suivant le discours du président et des mesures concrètes qui ont été prises dans l’organisation de la vie quotidienne durant cette période de confinement.

Faut-il être « du sérail », comme ils disent, pour connaitre le programme de permanence des pharmacie, les points de ravitaillement alimentaires qui restent ouverts ou encore, si je suis propriétaire que mes loyers n’ont pas été versés que puis je faire?

Y a t-il un site internet, une page dans les réseaux sociaux comme tous les pays l’ont fait, ou bien c’est encore des communiqués de la voix de la révolution congolaise comme du temps de Yhombi qu’il faut attendre?

Ca ne coûte pourtant rien à mettre en place. Les populations ont vécu la journée d’hier dans une débandade extraordinaire prenant des mesures qui peuvent s’avérer extrêmement dangereuses sur le long termes et sur toute l’étendue du territoire, sans qu’on ne vous entende.

Le pays est-il gouverné? Nous avons eu écho de la prestation hasardeuse du ministre de la communication pour dégoupiller le discours de son président. En réalité le plus important ce sont les mesures concrètes et la gestion d’heure en heure que vous faites de cette situation et sur ce point, c’est le chaos.

Quel est la régularité des points de situation et qui les faits? C’est impossible que nous en soyons à 19 cas depuis 5 jours. Inutile de mentir, la Chine est en train de se faire rattraper. Alors dites nous, combien de tests sont faits par jour? quelle est notre capacité en nombre de tests possibles et comment comptons nous l’augmenter? Quel sera notre politique? Tester tout le monde ou attendre que les cas viennent à nous? Qu’avons nous en réserve de masques, de solutés hydroalcooliques, d’oxygène…

Quel est le point de nos capacités d’accueil? On nous parle de deux (2) lits de réanimation à l’hôpital A. Sicé à Pointe Noire. Est ce vrai? Bizarrement on n’appelle pas du personnel de santé de réserve à la rescousse. Nous avons tant d’infirmières, d’aide-soignants et de médecins que ça dans nos structures? quelle sera leur prime pour les heures supplémentaires?

Et en ce qui concerne les prisonniers, c’est toujours politique? Le peuple veut savoir.

Hervé Mahicka

LAISSER UN COMMENTAIRE