Côte d’Ivoire: Ouattara amnistie Simone Gbagbo, Lida Kouassi, Assoa Adou et Souleymane Kamaraté

0
451

Une « réconciliation vraie » prend forme en Côte d’Ivoire. Ainsi qu’il l’avait annoncé, le 11 juillet dernier, lors du premier Conseil des Ministres du nouveau Gouvernement ivoirien, le Président Alassane Ouattara a donné récemment des indications précises sur ses ambitions pour rassembler la Nation.

Le Chef de l’Etat ivoirien, a procédé, lundi 06 août 2018, à la signature d’une ordonnance portant amnistie au profit de quelque huit cents (800) de ses concitoyens.

Cette amnistie bénéficiera aux Ivoiriens « poursuivis ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise postélectorale de 2010, ou des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après le 21 mai 2011, date de ma prestation de serment en qualité de Président de la République », a-t-il déclaré à l’occasion des festivités marquant le 58ème anniversaire de l’Indépendance du pays.

S’agissant des 800 personnes concernées par cette amnistie, le Président ivoirien a précisé qu’«environ 500 sont déjà en liberté provisoire ou en exil et verront leurs condamnations pénales effacées ; de ce fait, il sera mis fin aux poursuites à leur encontre », assurant qu’il en sera de même pour les trois cents (300) autres personnes détenues, qui seront libérées prochainement.

Soulignons qu’au nombre de celles-ci, figurent notamment l’ex-première dame ivoirienne, Simone Ehivet Gbagbo, Lida Kouassi, Assoa Adou et Souleymane Kamaraté dit soul to soul.

A noter qu’une soixantaine de militaires et de membres de groupes armés ayant commis des crimes de sang ne seront pas concernés par cette amnistie, a indiqué Alassane Ouattara. Avant d’exhorter les bénéficiaires de cette amnistie à faire en sorte que la Côte d’Ivoire ne revive plus jamais de tels évènements et ne sombre plus jamais dans la violence.

Ainsi, le Chef de l’Etat a invité ses concitoyens à « prendre conscience de l’extrême nécessité d’installer, de façon définitive, une société de responsabilités, où chaque citoyen doit répondre de ses actes ».

S’adressant à tous ses concitoyens, particulièrement ceux qui ont payé un lourd tribut lors de ces évènements douloureux, le Président Ouattara leur a demandé d’accepter de pardonner et de « s’inscrire résolument dans la dynamique de la réconciliation nationale ».

Il leur a également promis qu’ils continueront de bénéficier d’une attention particulière de l’Etat ivoirien.

Adrien Thyg

LAISSER UN COMMENTAIRE