Congo. Question d’actualité Assemblée nationale / Gouvernement

0
491
Isidore Mvouba

À propos du discours de clôture de cette session mal interprété par une certaine presse en ligne : une mise au point pour la bonne régulation de nos médias, particulièrement la presse en ligne pour éviter les fake news qui gangrènent la Liberté de Communication.

On pourrait dire que l’allocution du Président de l’Assemblée nationale avait été saluée par ses collègues députés ainsi que par une bonne partie de la population, le 9 avril 2020 à l’issue de la séance de question d’actualité avec le Gouvernement. Mais ce discours a été malheureusement mal interprété par une certain presse en ligne dans un article intitulé malencontreusement « Pour Isidore Mvouba, Sassou n’est déjà plus président » (cf.lautreonline.wordpress.com).Une affirmation gratuite qui fait sourire, puisque ce discours faisait plutôt allusion à cette crise sanitaire qui a surpris presque toute la planète. Allocution que l’on peut qualifier de didactique car exigeant un bon comportement des Congolais en ce qui concerne la riposte contre ce Covid 19 qui a déjà lancé ses tentacules sur tout le continent.

Aussi, l’analyse hasardeuse et sans conviction du mot de circonstance du président de l’Assemblé par la presse ci-dessus citée, au cours de la dernière séance de question d’actualité avec le Gouvernement pourrait induire les Congolais en erreur. Une relecture de ce mot de circonstance s’avère nécessaire.

Immersion dans ce discours

Une allocution qui sied bien avec la situation de guerre contre le fameux Covid 19 et directement adressée au Premier Ministre comme contribution dans la riposte contre cette pandémie dont certains citoyens ne sembleraient pas réaliser les risques. Bref et succinct, ce discours a été explicite et didactique tout en encourageant les autorités gouvernementales impliquées dans cette lutte contre le Covid 19, tout en rappelant quelques erreurs de communication qu’il faudrait corriger pour une meilleure interprétation de ce message afin que ce combat que le peuple mène contre le virus soit effectif. Quatre points essentiels devraient nous interpeller. Et cela, pour bien intérioriser ce message du Président de l’Assemblée. Ces différents points se fondent sur les quatre institutions ministérielles (Communication, Economie, Santé et Intérieur)  dont le travail a été manifeste et apprécié  dans cette lutte contre le Covid 19. Et comme il le signifiera, «les réponses que le gouvernement a eu à donner ont satisfait, tant soit peu la population qui vit une psychose parce qu’elle est en face d’un ennemi redoutable, invisible, implacable ». Se fondant sur quelques manquements observés antérieurement dans la Maison Santé qui est l’élément névralgique de cette riposte contre ce Covid 19, le Président de l’Assemblée avait insisté sur la distribution du matériel médical car « par le passé, on [avait] vu également ce matériel distribué se retrouver dans les marchés domaniaux  de notre pays (…) et des médicaments traînés au port de Pointe Noire et, in fine, être périmés ». Il faut se rappeler que le président de l’Assemblée fut Premier Ministre à un certain moment de ses fonctions politiques ; aujourd’hui, il connait bien l’interdépendance qui existe entre ces deux Institution de la République,  surtout quand il s’agit de l’interpellation des ministres par les députés. Aussi, ses inquiétudes à propos de quelques manquements dans cette lutte contre le Covid 19 paraissent justifiés en tant que chef des représentants du peuple devant l’Exécutif. Dans cette allocution « pédagogique » apparait en filagramme celle du chef de l’Etat au peuple congolais dans la lutte contre la pandémie. Aussi, nous sommes-nous étonnés  de voir une certaine presse révéler des inepties en ce qui concerne le monde politique congolais au moment où ses acteurs ont rangé leur costumes « idéologiques » dans leur placard pour se retrouver ensemble afin de lutter contre ce fameux Covid 19 qui nous menace sans distinct sociale et politique. Et des déclarations telles « Mvouba a avoué l’échec de Sassou », « On a confiné les gens sans argent, sans eau, sans électricité », « L’hôpital est mort (…), les morts se comptent par milliers » apparaissent comme des annonces grotesques pour saper le moral des Congolais dans leur bataille contre le Covid 19. Des situations qui n’honorent pas la presse congolaise déjà peu appréciée sous d’autres horizons.

Noel Kodia-Ramata, analyste à www. libreafrique.org 

LAISSER UN COMMENTAIRE