Congo. Littérature : La Fondation Mfumu Beaudley ‘’l’altruiste’’ et l’écrivain Alphonse Chardin Nkala primés

0
188
Laureats-RELICO-2020

La Fondation Mfumu Beaudelain ‘’l’altruiste’’» et l’écrivain Alphonse Chardin Nkala venu de Pointe-Noire, ont reçu, le 10 octobre à Brazzaville, le Grand prix littéraire ‘’Jean Malonga’’, respectivement dans sa version du Mécénat et de Création.

Cette remise des prix a eu lieu à l’occasion de la cérémonie de clôture de la 4ème édition de la Rentrée littéraire du Congo (Relico 2020). Le président du Pen centre Congo Brazzaville, M. Florent Sogni Zaou, a précisé que ce grand prix, dans sa version création, récompense l’ensemble de la carrière d’un écrivain. La catégorie du mécénat est attribuée à toute personne morale apportant son soutien à l’événement.

Les récipiendaires qui se sont dit très honorés de recevoir  ce prix ont souhaité la pérennisation de cette initiative qui pour eux rend hommage aux écrivains.

Dans son mot de clôture, le représentant du ministre de la Culture et des arts, le conseiller aux lettres, à l’édition et à la vulgarisation littéraire, M. Claure Kombo, a apprécié la bonne tenue de tous les participants, indiquant que le ministère en charge de la Culture continuera à apporter son appui pour la valorisation de la littérature.

Organisée par le Pen centre Congo Brazzaville et la librairie ‘’Les manguiers’’, avec le soutien entre autres de l’Union nationale des écrivains et artistes congolais (Uneac), la 4ème édition de la Relico 2020 s’est tenue sur le thème «Littérature, legs et mémoires».

La  5ème édition de la Relico se tiendra du 7 au 9 octobre 2021, a-t-on appris

La Cérémonie d’ouverture

La cérémonie d’ouverture de la 4ème édition de la Rentrée littéraire du Congo (Relico) 2020 a eu lieu le 8 octobre 2020 à Brazzaville. Cet événement vise la promotion et la valorisation de la littérature congolaise dans un travail de mémoire.

Placée sous le thème «Littérature, legs et mémoires», cette édition a mis non seulement l’accent sur la posture des écrivains congolais dans le champ littéraire africain, mais aussi leurs désirs d’affirmer l’existence d’une littérature nationale.

Le représentant du ministre de la Culture et des arts, le conseiller aux lettres, à l’édition et à la vulgarisation littéraire, M. Claure Kombo, a indiqué que le Congo est reconnu au niveau mondial comme un foyer ardent du livre, au regard du ratio population/nombre de publications annuelles.

Pour lui, la littérature congolaise demeure un arbre florissant depuis le pionnier ‘’Jean Malonga’’ jusqu’aux écrivains de la nouvelle vague, qui font l’honneur du pays. «Nous avons la mission d’encourager et d’accompagner nos créateurs littéraires et les autres acteurs de la chaîne du livre», a-t-il dit.

Faisant la leçon inaugurale de cette édition, M. Dieudonné Moukouamou Mouendo, enseignant à l’université Marien Ngouabi, a signifié qu’il est impossible de parler de mémoire sans penser à l’histoire et les héritages du passé, car la mémoire serait cette date du souvenir, impliquée lors des activités quotidiennes.

Selon lui, ces activités permettent à l’homme de garder un lien avec son passé et d’apprendre de celui-ci pour comprendre le présent et circonscrire le futur. «La littérature, legs et mémoires sont inséparables. Dans le contexte congolais, ils se tiennent et s’alimentent mutuellement», a-t-il expliqué.

Dans son mot de circonstance, le coordonnateur de la Relico 2020, président du Pen centre Congo Brazzaville, M. Florent Sogni Zaou, a fait savoir que cette 4ème édition voit se renforce avec le Grand prix littéraire ‘’Jean Malonga’’ qui se fait désormais en deux branches, notamment le Grand prix ‘’Jean Malonga’’ du mécénat et celui de la création.

Aussi, il a reconnu que la littérature congolaise se porte bien et a encore de ‘’très beaux jours devant elle’’, car elle n’est pas restée en marge des succès engorgés par le Congo.

La 4ème édition de la Relico 2020 est organisée par le Pen centre Congo Brazzaville, avec la collaboration, entre autres, de l’Union nationale des écrivains et artistes congolais (Uneac), la librairie ‘’Les manguiers’’ (Les Dépêches de Brazzaville) et l’Association culturelle Elongo.

Baptiste Prodeo

LAISSER UN COMMENTAIRE