Congo: la chanson comme moyen de lutte contre le coronavirus

0
396

Répondant à la question de savoir pourquoi il est devenu musicien, Passi, artiste musicien congolais de renommée internationale avait déclaré à la presse:  » Nous avons décidé de chanter, de râper et d’écrire des textes pour expliquer ce qui se passait autours de nous, décrire nos problèmes au quotidien (…) passer le message (…) la chanson permet de dire tout ça… » C’est dans ce contexte que la chanson est utilisée au Congo comme l’un des moyens propice de vulgarisation des mesures barrières pour lutter contre cette pandémie. Une façon pour les musiciens d’apporter leurs contributions aux efforts que déploient déjà les autorités congolaises.

En effet, au nombre des artistes musiciens qui se distinguent dans ce combat, deux forcent l’admiration pour avoir chanté en kituba ce qui n’est pas toujours courant dans le microcosme musical congolais.

Plébiscité par les auditeurs d’une radio de la place et adulé par les fans et mélomanes, Bernard Ngavoulou, le musicophilosophe, l’homme à la voix juvénile comme il a été baptisé, a composé un single intitulé kiyoolo ya kumi na ivwa ou Covid 19. C’est un mélange du style classique avec du folklore Nsiawa, un genre musical qu’on retrouve en pays Laali à Ntsiaki dans le département de la Bouenza. Dans ce single, Bernard Ngavoulou vulgarise avec netteté les mesures barrières pour se protéger contre la Covid19. 

A ce sujet, Jean Pierre Boulingui alias JPB sociologue et analyste musical affirme :  » chanter en kituba n’est pas courant au Congo et vous voyez monsieur le journaliste l’engouement et l’admiration que cela suscite (…) le mélange du Nsiawa ajoute de la valeur à cette chanson et lui donne un rythme bien dansant.  Bernard Ngavoulou a eu la merveilleuse idée de mettre en valeur ce qu’il possède de plus précieux, sa culture, et la force de ses mots touche vraisemblablement la population. C’est à féliciter. Ce genre de mélange avec la tradition est très courant en Afrique de l’ouest (….) coup de chapeau à lui »

Concernant son choix, Bernard Ngavoulou explique à la presse :  » chanter en kituba pour vulgariser les mesures barrières est une commande sociale je peux dire. la plupart de mes compères chantent en lingala ce qui n’est pas mauvais, mais je voulais apporter une autre touche pour dire clairement ce qu’il faut faire face à cette pandémie et je suis surpris que cette chanson soit bien appréciée ainsi (….) j’ai une grande admiration pour Léopold Sedar Senghor avec sa fameuse pensée le rendez vous du donné » et du savoir. je donne au monde ce que le Congo a de plus profond. C’est à cette question que chaque africain devrait répondre, l’africain, au lieu de toujours copier ce qui vient d’ailleurs, qu’est ce qu’il donne au reste du monde en retour?…. »

Un autre artiste musicien qui s’est illustré dans le même sens c’est Moustique de Dol, lui qui se dit  » le spécialiste du rap en kituba » et qui est à cheval entre Dolisie et Pointe noire. il a composé une chanson avec un style comique pour parler de la Covid19 venue de la Chine et il exhorte les congolais à respecter les mesures barrières pour se protéger du coronavirus.

A cet effet, Jean Pierre Boulingui, JPB n’est pas avare des mots pour dire : « Voilà un autre artiste musicien de talent qui mérite d’être soutenu, celui ci se distingue par cette chanson comique et le message passe bien surtout quand il supplie Dieu de  » désinstaller la version actuelle de 2020 jugée malsaine pour réinstaller une autre qui est saine » vous voyez le génie créateur de ce jeune homme ? En plus il aborde des thématiques sociales que nous vivons au quotidien tout en restant dans le sujet de la vulgarisation des mesures barrières (…) c’est une chanson à écouter »

Des propos corroborés ici par Lynda étudiante à l’ENS:  » j’écoute en boucle ces chansons et même à la radio. Ce sont des artistes qui ont du talent et leurs musiques sont entrainantes avec une force des mots qui vous touche… »

Fresnel BONGOL TSIMBA

LAISSER UN COMMENTAIRE