Congo/Covid : La capacité litière nationale augmentée aujourd’hui à 624 lits

0
525
CHU de Brazzaville

Le Premier ministre, Clément Mouamba, a annoncé le 20 juin 2020 à Brazzaville, que la prise en charge des cas positifs à la Covid-19 et mieux la capacité litière nationale a été augmentée jusqu’à atteindre aujourd’hui 624 lits, à la faveur de l’ouverture des centres de santé intégrés Mouissou Madeleine avec 46 lits et de Tchiminzi 12 lits ; des nouveaux services pavillonnaires de l’hôpital général Adolphe Sicé de Pointe-Noire 76 lits et d’un nouvel Hôtel-hôpital à Kintélé 140 lits.

Le Premier ministre a ajouté que cette capacité litière sera renforcée à court terme, d’une part par les trois hôpitaux actuellement en travaux, à savoir, l’hôpital général de Loandjili avec 30 lits, l’hôpital général Edith Lucie Bongo Ondimba d’Oyo avec 16 lits et l’hôpital de l’Amitié Sino-congolaise de M’Filou avec 100 lits.

D’autre part, a-t-il fait savoir, par l’extension de l’Hôtel-hôpital la Concorde de Kintélé avec 200 lits supplémentaires. Selon lui, au 19 juin 2020, le Congo a enregistré 1013 cas positifs Covid-19, dont 28 décédés, 456 guéris et 529 actuellement pris en charge par les équipes de santé. Le nombre des agents de santé, désormais motivés et mieux équipés, a été augmenté en particulier sur les nouveaux sites de prise en charge et au sein des équipes d’intervention rapide sur le terrain.

La riposte porte sur la prévention, le dépistage et la prise en charge

«La riposte contre la pandémie, telle que nous la menons, porte sur la prévention, le dépistage et la prise en charge», a indiqué le Premier ministre, soulignant que dans le cadre de la prévention, les activités menées ont consisté en la communication sur l’application des mesures barrières et de distanciation sociale, le port obligatoire et conforme du masque dans les lieux publics ouverts et fermés, le renforcement du contrôle sanitaire des personnes au niveau des points d’entrée, la désinfection des administrations publiques, des formations sanitaires, des écoles, des marchés domaniaux et des moyens de transport.

S’agissant particulièrement du contrôle sanitaire, sur l’étendue du territoire national, soixante- dix-sept points de contrôle sanitaire interne ont été érigés. A ces points de contrôle interne, s’ajoutent cinq points de contrôle d’entrée dans le pays, dont les aéroports de Brazzaville et de Pointe-Noire qui enregistrent fréquemment des vols dérogatoires en provenance de l’extérieur.

M Mouamba a expliqué que pour renforcer la surveillance épidémiologique, quatre caméras thermiques ont été installées à Brazzaville, dont une à l’aéroport de Maya-Maya et une autre au Port de Brazzaville. Deux caméras supplémentaires sont en cours d’installation à Pointe-Noire. Pour le dépistage, le nombre de tests réalisés, par la technique la plus fiable, notamment le diagnostic virologique (RT-PCR), a atteint 10.843 au 18 juin 2020.

Le dispositif de dépistage est renforcé par l’installation d’un nouvel équipement dans les départements de Brazzaville, de Pointe-Noire et de la Cuvette. Ce renforcement a permis d’augmenter la capacité nationale de dépistage de 400 à 990 tests par jour, conformément aux prévisions annoncées le 16 mai 2020, l’évolution de trois à cinq du nombre de laboratoires capables de réaliser des tests Covid-19 dans le pays, dont celui du département de la Cuvette, en mesure de réaliser 120 tests virologiques par jour.

Le dépistage à grande échelle, qui a déjà cours dans le département de Brazzaville, a été lancé le 17 juin 2020 dans les départements de Pointe-Noire et du Kouilou, après l’installation de l’annexe départementale du Laboratoire national de santé publique (LNSP) à l’hôpital général de Loandjili. S’agissant de la partie septentrionale du pays, le démarrage de ce dépistage de masse est imminent.

«Aujourd’hui, le Congo est ainsi relativement bien pourvu pour assurer un niveau de dépistage compatible avec l’évolution de la pandémie», a-t-il conclu.

Florent Sogni Zaou

LAISSER UN COMMENTAIRE