Congo. Comment Denis Christel Sassou-Nguesso aurait volé, blanchi et dépensé des millions de dollars de fonds publics

0
372
Denis Christel Sassou Nguesso

Denis Christel Sassou-Nguesso, fils du président de la République du Congo, député et ancienne figure puissante de la société pétrolière nationale SNPC, serait visé par une procédures, selon Global Witness.

A en croire l’ONG spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles des pays en développement et la corruption politique qui l’accompagne, de nouvelles allégations seraient survenues sur les biens mal acquis de la famille présidentielle congolaise.

Selon elle, des procureurs fédéraux américains auraient ainsi pris des dispositions en vue de saisir le penthouse de Denis Christel Sassou-Nguesso

Dans un document publié jeudi 9 juillet dernier, Global Witness rappelle que la plainte des procureurs américains vient s’ajouter à un ensemble de documents qui ne cesse de s’étoffer sur les abus de pouvoir perpétré par le clan Sassou-Nguesso.

Ce document détaille la façon dont le fils cadet du chef de l’Etat congolais aurait détourné des millions de dollars de fonds publics à la SNPC, par la suite blanchis par le biais d’un réseau de sociétés écrans puis utilisés pour acheter des biens immobiliers de luxe aux États-Unis, en France et ailleurs dans le monde, apprend-on.

Global Witness rapporte qu' »entre 2007 et 2017, Denis Christel aurait dépensé plus de 29 millions de dollars en articles de luxe et pour financer le train de vie somptueux de sa famille et de lui-même » .

D’après les procureurs américains, cette somme correspond à environ 10% du budget congolais de la santé en 2020, relevant en outre que le député congolais aurait également accepté plus de 1,5 million de dollars de dessous de table en provenance de sociétés pétrolières.

Selon Global Witness, Denis Christel aurait utilisé des fonds publics détournés et blanchis pour acquérir des biens immobiliers d’une valeur de plusieurs millions de dollars dont une résidence située sur Biscayne Boulevard à Miami. 

Pour l’ONG, cette affaire est un exemple criant de la manière dont une société pétrolière nationale pourrait devenir la vache à lait d’élites politiques corrompues.

Adrien Thyg

LAISSER UN COMMENTAIRE