Congo/CHUB : Sylvain Villiard dément sa démission récemment annoncée

0
236
Sylvain Villiard, le DG du Centre hospitalier universitaire de Brazzaville

Le directeur général du Centre hospitalier universitaire de Brazzaville (Chu-B), Sylvain Villiard, a démenti, le 8 septembre à Brazzaville, la nouvelle de sa démission, dénonçant les fake news dans les réseaux sociaux et la rumeur.

Il a fait ce démenti au cours d’une conférence de presse sur la raison de son départ de cette structure hospitalière, précisant qu’il s’agissait d’un contrat de trois ans, signé par le gouvernement avec l’Unité de santé internationale (Usi) du Centre hospitalier de Montréal pour appuyer la gestion du CHU-B, avec une possibilité éventuelle pour le gouvernement  de l’étendre sur cinq ans.

Il a expliqué que le contrat comporte différentes phases et qu’il avait la responsabilité d’assurer la première phase d’une année. Il s’agit de la phase de débroussaillage, de labourage du terrain, et d’assainissement des lieux pour permettre à la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale d’investir. Ces investissements se font plus du côté clinique et cette mission a été confiée à l’Unité de santé internationale pour rehausser la qualité des soins du Chu-B.

Abordant les informations sur un prétendu détournement de fonds, répandue dans le milieu syndical, il a indiqué qu’il n’en savait absolument rien. Il a révélé que le gouvernement avait fait un contrôle avec l’Usi et avait payé cette unité. Lorsqu’on fait le contrôle avec les Français, l’argent part en France. Si vous le faite avec les Chinois, l’argent part en Chine. C’est de même avec l’Unité de santé internationale de l’université du Canada. Il a dit qu’il n’y a pas eu détournement de fonds.

Ainsi s’est-il étonné d’entendre une telle accusation des syndicalistes, alors qu’ils siègent au Conseil d’administration du Chu-B et au Comité de suivi du projet. Il a expliqué que les syndicalistes ont tous les détails sur les transferts de fonds effectués.

De la poursuite du contrat

Pour ce qui est de la poursuite du contrat, le directeur général a fait savoir que les réformes amorcées vont continuer, de même que les investissements avec le gouvernement.

«Avant mon arrivée, de 2014 à 2018, les revenues autonomes du Chu-B avaient baissé de plus de 40%. Entre 2018 et 2019, l’intervention canadienne a fait qu’ils augmentent de 23%. Aujourd’hui, les Congolais font confiance au Chu-B grâce à l’augmentation de l’offre des soins de qualité. Les efforts vont se poursuivre, étant donné que le prêt  de la Bdeac a été autorisé » a-t-il martelé.

Il a également parlé des réalisations effectuées au Chu-B depuis son arrivée, parmi lesquelles l’assainissement des pratiques financières et comptables, l’assainissement du milieu environnemental, le projet médical priorisé qui vient préciser la vision du Chu-B sur le long terme et permettra la mise en place des investissements dans l’immobilier et les équipements médicaux grâce au prêt de la Bdeac, la mise en place d’un buffet d’urgences dans plusieurs services afin d’assurer aux Congolais une prise en charge adéquate et la réalisation de nombreux travaux en consultation externe, aux urgences et aux pavillons pour la riposte à la Covid 19.

D’après M. Villiard, plusieurs de ces  réalisations sont en implantation et donneront, au cours des mois et des années à venir, des résultats concrets. « Il faut laisser le temps à la nature d’effectuer le rendu, tout en entretenant les semis », a-t-il souligné.

La ministre de la Santé, de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Mme Jacqueline Lydia Mikolo, annonçait, le 1er septembre 2020 à Brazzaville, le départ du directeur général du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (Chu-B), Sylvain Villard.

Florent Sogni Zaou

LAISSER UN COMMENTAIRE