Pagesafrik.info

Congo-Brazzaville: Les couleurs musicales congolaises de la Bouenza

Les couleurs musicales congolaises de la Bouenza

Le département de la Bouenza a produit des cultures musicales et des musiciens de talent qui ont été révélés par le disque et par la scène des bars-dancings de Nkayi, de Madingou et de Brazzaville.

Ils ont évolué dans des groupes qui ont joué sur tous les registres. Le climat très particulier de leurs compositions, servi par des voix extraordinaires, ont fait  de “Nsi tua Fwila”, “Sakomansa”, “Super Boboto”, “Bantous”, “Extra musica”, “Balka Sound”, “African Flash, “ATC Music”, “Rumbaya”, “Kamba-Kamba”, des groupes favoris de ceux qui exigeaient de la Rumba une plus grande rigueur littéraire musicale.

Au nombre des musiciens congolais originaires de la Bouenza, les plus doués de leur génération et qui ont connu davantage de succès – sans être exhaustif – on compte les chanteurs et les instrumentistes ci-après, qui ont longtemps marqué les années de gloire de la musique congolaise de 1970 à 2000. Nous les avons recensés sur la base des disciplines artistiques et de l’évolution temporelle.

Musique Traditionnelle

La musique traditionnelle de la Bouenza, avec ses dialectes et groupements ethniques, est une richesse singulière, au regard de la qualité intrinsèque de ses chants et de ses musiques folkloriques transmis oralement depuis des siècles. Au nombre des groupes qui ont réussi à imposer une instrumentation diversifiée, des rythmes variés, des mélodies colorées, une inspiration et un tel assemblage de mots, on compte les noms ci-après : “Moukoukoulou National”, “Kiburikiri”, “TH Musica”, “Fondation Moundele”, “Djo Mambu”, “Le Procureur” (folklore bembé) et “J.B. Gerbeau” (folklore dondo).

Parmi les différentes danses produites par ces groupes, on compte : Kuni, Kamba : le Kodobo, Ndondo et Soundi  : le Ndada, Bembe et Mikengué : le goma na mukonsi, le Balka, le Muntunta Kiburikiri.

Musique Tradi-Moderne et Moderne

– Au chapitre tradi-moderne, citons : Albert N’Kibi dit “Loussialala de la poussière. Il est demeuré le seul musicien important de la musique tradi-moderne qui s’est exclusivement consacré au “Ngomfi”(instrument à corde) et qui a suscité un grand enthousiasme à travers le monde, en solo ou avec son groupe “”Balka Sound”. (décédé le 06 octobre  2011 à Pointe-Noire)

– En ce qui concerne la musique moderne, les grandes vedettes ont été :

Luli Madeira (chanteur, il a fait les beaux jours des orchestres : African Flash – Nsi Tua Fwila  de Nkayi dans les années 70 et Africa Mod Matata de Pointe-Noire dans les années 80)

Athanase N’Kaya “Matos Mwana Mukamba” (Chanteur – Orchestres : SBB – Sakomansa)

Lucien Kimpouni (chanteur et son  groupe Kamba Kamba – Années 70) – Massala Moutina “Général Canta Moutina” (chanteur, SBB)

Bertrand Thierry Mabika Taba “Bebe Chinois”(Chanteur, et avec son album “Kivuka Makanda”, il a donné aux Kamba et à la Bouenza la place qui est la leur dans l’élaboration du tissu culturel national) –  

Albert Moundosso “Maître Jolle” (Il fait partie de ces jeunes musiciens qui ont mis , depuis les années 1970, un talent original, un goût et une compétence rares au service d’une musique qu’ils aiment avec passion – A fait partie de ATC Music et Rumbaya)

Maurice Koudiatou alias “Kaly Djatou” (Avec sa voix tonique, il s’est toujours imposé comme le griot, à cheval entre la vieille musique et la nouvelle, par ses chants envoûtants et ses envolées mélancoliques inimitables.

Boniface Mazonga – Plus connu sous le nom de “Johnny”, ce guitariste virtuose a longtemps fait la gloire de l’orchestre Super Boboto (SBB) par son style tout particulier.

Chiden de Mbuta – Evoluant en solo, il est parmi les jeunes talents qui, dès la fin de l’année 1985, ont opéré une révolution au sein de la musique congolaise. En quête d’identité, Chiden de Mbuta s’est affirmé davantage comme un admirable vocaliste et compositeur.

Brice Samba Abilissi – Il est passé par le groupe Extra-Musica où il a su imposer sa voix, pleine de sensibilité viscérale. Ce qui lui à permis d’aborder avec aisance tous les thèmes des chansons propres au style Zangul.

Pierre Ngouala Dana – Un parcours instructif à travers une bonne une bonne partie de sa carrière, notamment chez Les Bantous de la capitale, puis dans Balka Sound de Loussialala. En effet, il a dominé  presque partout son entourage, avec un sens mélodique très aigu.

Fernand Mabala “Le grand Mumbafuneur” – Il a été à l’apogée de sa carrière dans son pays, grâce à ses morceaux fétiches “Yatama”, “Adjanny Monacyr”, “petite Mbemba”, “Chemin de l’école” produits par MGA Production. Il s’est envolé, ensuite pour la France. Né à Nkayi, dans la Bouenza, des parents originaires du département du Pool. Très ancré dans la Bouenza, il s’est toujours considéré plus comme enfant de cette contrée où il a fait une grande partie de sa vie (décédé le 04/08/2019 à Paris).

Mboungou “Abdan– Guitariste talentueux, familier des studios où il a officié derrière des vedettes connues. Il s’offre quand même de bons moments en faisant partie des Bantous, où il est demeuré un des acteurs les plus doués. Il a participé à la réussite de l’album “I have a dream” de Boulhos Loupino en 2009.

Nkaba Ndoudi – Au cours des années 1990, il se révèle comme un humoriste de talent. Ses sketchs touchent à la vie courante, abordant aussi les questions politiques, économiques et sociales.

Nota : cette liste n’est pas exhaustive.

Le renouveau de la musique congolaise dans la Bouenza

A l’idée d’un renouveau de la musique congolaise dans la Bouenza, et à la veille du prochain Fespam, nous avons eu envie de revenir sur  cette période extraordinaire des couleurs musicales congolaises de la Bouenza qui vit particulièrement dans les grandes villes de Nkayi, Madingou, mais aussi dans les campagnes, se mixer soukous, zouk, reggae coupé décalé  et musiques traditionnelles, pour créer une musique unique, entraînante et envoutante, une musique en pleine résurgence ces dernières années, aussi bien avec la mobilisation des anciens qu’avec l’appropriation de ce genre musical  par des jeunes gens.

La soirée culturelle  “Au fil des couleurs de la culture Bouenza” tenue cet Eté 2019 à la Guinguette Africaine de Suresnes (France), par une équipe dirigée par Albert Moundosso “Me Jolle” a été dans la bonne direction, car elle ne s’est pas limitée à la musique, mais également dans la présentation des spécialités culinaires incontournables de la Bouenza selon les tribus : Kuni :  mbala pindambouata  – Kamba : nkasaNdondo et Soundi : haricots – buki  – Bembe et Mikengué : ngouba mu minkimbou – ngoulou mu mako.

Enfin, cette rencontre de la Guinguette de Suresnes a permis à un grand public de faire la connaissance d’une série d’expressions, de styles musicaux et des spécialités culinaires de la Bouenza dans toutes ses caractéristiques.

Clément Ossinondé