Congo-B: des doutes sur les données concernant le nouveau gisement de pétrole

0
698
Pascal Tsaty Mabiala, leader de l'opposition congolaise, lors d'une conférence de presse, le 28 août à Brazzaville. © RFI/Loïcia Martial

Depuis l’annonce de la découverte du premier gisement pétrolier onshore du pays, certains émettent des doutes sur la fiabilité des prévisions de production.

Le « Delta de la Cuvette » – c’est le nom du gisement – fait parler de lui. Le 10 août à Oyo, la Société africaine de recherche pétrolière et distribution (SARPD-Oil) et Petroleum exploration and production Africa (PEPA), ont annoncé la découverte d’un gisement de 9 392 mètres carrés dans cette région du nord du Congo.

Le 14 août dernier, le président Denis Sassou-Nguesso, originaire de cette même région, s’était réjoui de cette découverte qui devrait permettre à terme de quadrupler la production du pays, troisième producteur africain de pétrole. Selon les études de prospection, le gisement devrait produire 983 000 barils par jour.

Mais depuis la présentation des caractéristiques de ce nouveau gisement, certains émettent des doutes. Mercredi, lors d’une conférence de presse, l’opposition congolaise, dirigée par Pascal Tsaty Mabiala, a exprimé ses inquiétudes sur cette « annonce précipitée alors que les études techniques de confirmation ne sont pas encore achevées ».

Une précipitation qui pourrait aboutir, selon Pascal Tsaty Mabiala, à un camouflet comme celui enregistré par le dirigeant congolais lors d’une visite aux États-Unis en 2016. Référence à ce rendez-vous annoncé entre le Denis Sassou-Nguesso et Donald Trump qui n’avait finalement pas eu lieu.

« Le président de la République ne semble pas avoir tiré les leçons de la honte essuyée aux États-Unis suite au camouflet diplomatique subi après que le président Donald Trump eut refusé de le recevoir, a-t-il rappelé. Ici encore nous ne sommes pas à l’abri d’une telle déconvenue tant que certaines questions sur ce gisement demeurent sans réponse ».

Le 18 août déjà, la branche congolaise de la coalition d’ONG Publiez ce que vous payez (PCQVP) s’était interrogée sur la fiabilité des données concernant ce gisement. « Cette annonce paraît pour le moins intrigante », avait estimé PCQVP, qui milite pour la transparence dans les industries extractives.

Retrouvez cet article sur RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE